Cet article date de plus d'onze ans.

Italie : revers de la droite berlusconienne aux municipales partielles

Selon les premières estimations des municipales partielles en Italie, la droite berlusconienne est en déroute, la Ligue du Nord populiste perd du terrain alors que les listes "Cinq étoiles" du comique Beppe Grillo ont un certain succès.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Beppe Grillo, leader du Mouvement 5 étoiles, à Rome, en avril 2008. (ANDREAS SOLARO / AFP)

On votait aussi en Italie ce week-end. Dimanche et ce lundi 7 mai, des élections partielles mettaient en jeu 941 municipalités (sur 8 000), dont 26 chefs-lieux de province. Elles constituent un test près de six mois après l'arrivée au pouvoir de l'austère ex-commissaire européen Mario Monti.

Et selon les premières estimations publiées lundi, ces élections partielles montrent la déroute du parti de Berlusconi. Dans de nombreux cas il ne sera même pas qualifié pour le second tour.

• La déroute du parti du Cavaliere

Selon les chiffres de l'Institut Piepoli, à Palerme (Sicile), la plus grande ville appelée aux urnes, deux candidats de gauche se retrouveront en ballottage au second tour les 20 et 21 mai. Il s'agit de Leoluca Orlando (46,8%), porte-parole de l'Italie des Valeurs, ancien maire de la ville, symbole de la lutte anti-mafia, et Fabrizio Ferrandelli (16,4%), candidat du Parti démocrate (PD). Le candidat du Peuple de la Liberté (PDL, le parti du Cavaliere), Massimo Costa, arrive seulement troisième avec moins de 14% des suffrages. 

Le Parti démocrate est "en tête dans la grande majorité des communes", s'est réjoui un responsable du parti, Davide Zoggia. Il a mis l'accent sur le fait que "dans plusieurs cas la droite n'arrivera même pas au ballottage mais sera reléguée à la troisième ou quatrième place". C'est le cas à Parme (nord), où le candidat du PD Vincenzo Bernazzoli est nettement en tête avec 34,7% devant Federico Pizzarotti (21,6%). Comme à Gênes, où le candidat du centre-gauche Marco Doria caracole largement en tête avec 46,5% des voix, devant deux candidats au coude à coude, Enrico Musso (centre, 15,8%) et Paolo Putti (14%).

• Le succès du mouvement "Cinq étoiles" de Beppe Grillo

A Parme et à Gênes, c'est toutefois un autre phénomène qui doit être relevé et qui pourrait handicaper la gauche. Paolo Putti et Federico Pizzarotti sont tous deux issus du mouvement "Cinq étoiles", lancé par le comique Beppe Grillo au blog très fréquenté. Un mouvement, qui surfe sur le rejet de la politique et mène campagne sur Internet, en misant sur la transparence et la jeunesse, comme le relate Le Monde qui lui a consacré un article.

• Le recul de la Ligue du Nord

La Ligue du Nord, favorable à l'autonomie du nord du pays, est en fort recul dans ses fiefs septentrionnaux, de Varese à Côme en passant par Bergame. Ce parti, dont le fonds de commerce est la lutte contre "Rome la voleuse", a vu son image dégradée depuis l'ouverture d'une enquête visant plusieurs dirigeants soupçonnés d'avoir détourné des fonds publics. Selon les premières estimations, il se maintiendrait seulement à Vérone où le maire sortant de Vérone, Flavio Tosi, serait réélu dès le premier tour avec 55% des voix. 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.