Grèce : François Hollande opposé à un Grexit provisoire

Arrivé à Bruxelles pour le "sommet de la dernière chance" sur le dossier grec, François Hollande a réaffirmé la détermination de la France à trouver un accord et permettre à la Grèce de rester dans la zone euro.

(François Hollande s'est dit opposé à un Grexit provisoire. © Maxppp)

La France fera "tout " pour trouver un accord ce dimanche afin que la Grèce reste dans la zone euro mais le gouvernement grec doit faire la démonstration qu'il est prêt à engager rapidement les réformes promises, a déclaré François Hollande. "L'enjeu c'est de savoir si demain la Grèce sera dans la zone euro et l'enjeu c'est l'Europe ", a-t-il dit à son arrivée à un sommet de la zone euro qui s'annonce difficile.

L'enjeu c'est de savoir si demain la Grèce sera dans la zone euro" (François Hollande)
--'--
--'--

"La France va tout faire pour trouver un accord ce soir permettant à la Grèce, si les conditions sont remplies, de rester dans l'euro. " Il a souligné qu'il n'y avait pas de sortie "provisoire " de la zone euro, un scénario évoqué par l'Allemagne, et qu'un "Grexit " signifierait "une Europe qui recule et qui n'avance plus, et ça je n'en veux pas ".

Pas d'accord à "n'importe quel prix" pour Merkel

"La Grèce a fait déjà des efforts, il y a des réformes qui sont nécessaires, elle doit faire la démonstration qu'elle est prête à les engager rapidement et puis à ce moment-là, l'Europe tout entière, la zone euro, doit dire qu'elle apporte son soutien ", a conclu le président français.

A LIRE AUSSI ►►► Grèce : la zone euro en sommet "jusqu'à ce qu'une décision soit prise"

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu'il n'y aura pas d'accord à "n'importe quel prix " et que des principes doivent être respectés. "La valeur la plus importante, à savoir la confiance et la fiabilité, a été perdue " avec Athènes, a ajouté la chancelière qui a promis des "négociations ardues ".