Cet article date de plus de huit ans.

En Autriche, des milliers de réfugiés retrouvent l'espoir d'une Europe solidaire

Un bus hongrois les a déposés avant la frontière et c'est à pied, leurs balluchons sur le dos, leurs enfants dans les bras, sous une pluie fine, que des milliers de réfugiés sont passés en Autriche samedi. La plupart ont fui leur pays, la Syrie, en guerre. Mathilde Lemaire, envoyée spéciale de France info à Nickelsdorf, à la frontière côté autrichien, les a rencontrés.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Sur l'immense parking de l'ancienne zone douanière à Nickelsdorf, en Autriche, des enfants réfugiés jouent au ballon avec un membre de la Croix Rouge avant de rejoindre en bus la petite gare du village © Radio France / Jean-Marie Porcher)

Près de 6.000 réfugiés bloqués depuis plusieurs jours en Hongrie ont fini par arriver en Autriche samedi. Bien qu’hostile à l’idée d’aider ces populations, le premier ministre populiste Viktor Orban a fini par affréter 90 bus urbains de la ville de Budapest pour les escorter jusqu’à la frontière. "Un convoi exceptionnel qui ne se reproduira plus", a prévenu le porte-parole du gouvernement.

 

Pour les migrants, l’arrivée en Autriche est vécue comme un soulagement. C'est une toute autre atmosphère une fois la frontière passée. La gestion de ces populations est bien plus organisée, ordonnée et les réfugiés bénéficient de l’élan de solidarité de la population.

Reportage à Nickelsdorf, à la frontière côté autrichien, de l’envoyée spéciale de France Info Mathilde Lemaire. Avec Jean-Marie Porcher aux moyens techniques.

EN IMAGES

Sitôt passée à pied la frontière entre la Hongrie et l'Autriche, les réfugiés, épuisés mais heureux, arrivent au village de Nickelsdorf (littéralement "le village du Nickel"). Ils sont rassemblés dans l'immense parking de l'ancienne zone douanière, puis acheminés en bus jusqu'à la petite gare du village. Là, après avoir été accueillis et restaurés par de nombreux bénévoles, ils embarquent, sous surveillance policière, dans un train spécial à destination de Vienne. Photos : Jean-Marie Porcher 

  (© Radio France / Jean-Marie Porcher)
  (© Radio France / Jean-Marie Porcher)
  (© Radio France / Jean-Marie Porcher)
  (© Radio France / Jean-Marie Porcher)
  (© Radio France /Jean-Marie Porcher)
  (© Radio France / Jean-Marie Porcher)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.