Allemagne : accord de coalition trouvé

La première puissance économique européenne est en panne politique. Depuis plusieurs semaines, Angela Merkel était en quête d'un gouvernement de coalition. Cette fois, elle a trouvé la solution. En direct de Berlin, Amaury Guibert nous en dit plus. 

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Angela Merkel était en quête d'un gouvernement de coalition, et cette fois, elle a trouvé la solution. Une victoire, mais au prix d'un compromis. "En effet, cela se termine par un compromis, Angela Merkel n'a pas dérogé à la règle, mais ça a été quand même très compliqué pour la chancelière, qui a réussi à arracher un accord aux socio-démocrates du SPD", explique Amaury Guibert en direct de Berlin (Allemagne). "Des socio-démocrates qui au départ ne voulaient pas gouverner avec elle. Ils sont finalement allés à la table des négociations, mais il faut bien le dire, à reculons." 

100 jours sans gouvernement 

"Les socio-démocrates ont bataillé, ils ont discuté âprement point par point jusqu'au bout de cette nuit de négociation", poursuit le journaliste. "L'Allemagne va donc sortir de cette crise politique sans précédent. Ça fait quand même plus de 100 jours que les élections ont eu lieu, qu'il n'y a pas de gouvernement en Allemagne, et que Berlin brille par son absence sur la scène européenne. Il y avait donc du soulagement aujourd'hui à Bruxelles, mais surtout à Paris. Le président français s'est dit heureux de cet accord, qui acte la volonté de l'Allemagne d'être aux côtés de la France pour réformer la zone euro, pour relancer le projet européen". 

Le JT
Les autres sujets du JT
La conservatrice Angela Merkel et le social-démocrate Martin Schulz participent à une conférence de presse sur un accord de gouvernement, le 12 janvier 2018, à Berlin (Allemagne).
La conservatrice Angela Merkel et le social-démocrate Martin Schulz participent à une conférence de presse sur un accord de gouvernement, le 12 janvier 2018, à Berlin (Allemagne). (HANNIBAL HANSCHKE / REUTERS)