Crash du MS804 : le contexte politique égyptien rend possible l'attaque terroriste

Les autorités locales semblent privilégier la thèse de l'attentat. Les explications de France 3.

FRANCE 3

Quelques heures seulement après le crash de l'A320 d'EgyptAir dans la nuit du mercredi au jeudi 19 mai, les autorités égyptiennes, d'habitude si prudentes, réagissent : la piste de l'attentat est privilégiée. Il y a tout juste sept mois, un avion de la compagnie russe Metrojet s'écrasait en plein désert du Sinaï. À son bord : 224 personnes qui perdent la vie en raison d'une bombe artisanale glissée dans l'appareil.

Une bombe à bord ?

Un groupe jihadiste qui a prêté allégeance à Daech avait revendiqué l'attaque. Depuis, le contexte est loin de s'être apaisé. Le nord du Sinaï est toujours le terrain d'affrontements. Les jihadistes mènent régulièrement des attaques contre l'armée égyptienne. Pour confirmer ou infirmer la thèse de l'attentat, les conditions de sécurité du vol MS804 vont être passées au crible, comme les profils des passagers et du personnel navigant. Car si une bombe était à bord, elle pouvait très bien dater d'une escale avant l'envol depuis l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un avion de la compagnie EgyptAir, à l\'aéroport du Caire (Egypte), le 5 septembre 2013.
Un avion de la compagnie EgyptAir, à l'aéroport du Caire (Egypte), le 5 septembre 2013. (MOHAMED ABD EL GHANY / REUTERS)