Dijsselbloem succède à Juncker à la tête de l'Eurogroupe

Le ministre des Finances néerlandais est considéré comme un fin stratège.

Le nouveau président de l\'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, le 17 janvier 2013 à La Haye (Pays-Bas).
Le nouveau président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, le 17 janvier 2013 à La Haye (Pays-Bas). (PHIL NIJHUIS / AFP)

Le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, 46 ans, a été élu lundi soir à la tête de l'Eurogroupe, le forum des ministres des Finances de la zone euro. L'annonce vient du porte-parole du président sortant, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

Jeroen Dijsselbloem (cela se prononce: Yé-roun deille-seul-bloum) a été élu à l'"unanimité moins un" au cours d'une réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles, a indiqué le porte-parole. Selon une autre source proche du dossier, il s'agit de l'Espagne qui "a rompu l'unanimité"

Relativement inconnu, même dans son pays

Le ministre néerlandais des Finances est décrit comme un médiateur d'exception et un fin stratège. Des atouts de taille pour coordonner la politique économique d'une zone euro en crise. A 46 ans, il n'a que onze semaines d'expérience en tant que ministre, après des années de seconds rôles. Il était relativement inconnu, même dans son propre pays, au moment de prendre le portefeuille des Finances.

Selon le quotidien protestant Trouw, c'est "un homme aimable derrière un masque rigide". Sa personnalité réservée l'a longtemps tenu à l'écart des médias. "Il ne cherchait pas les caméras et les caméras ne le cherchaient pas, il semble ennuyeux et austère", estime Trouw.