Cet article date de plus de sept ans.

Deux employés du métro de Moscou arrêtés après le déraillement

La justice russe a annoncé l'arrestation de deux suspects, au lendemain de l'accident qui a fait au moins 21 morts et 150 blessés dans le métro moscovite.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le bilan de l'accident survenu mardi sur la ligne bleue s'élève pour l'heure à 21 morts et une centaine de blessés © REUTERS / Sergei Karpukhin)

L'enquête a commencé à Moscou pour trouver les responsables du déraillement d'une rame du métro à l'heure de pointe, au lendemain de la catastrophe qui a fait au moins 21 morts et 150 blessés.

La justice russe a annoncé ce mercredi l'arrestation de deux suspects, tous deux salariés du métro de Moscou. Valéri Bachkatov, contremaître, et son assistant, Iouri Gordov, sont soupçonnés d'infractions aux règles de sécurité, qui pourraient avoir provoqué le déraillement de cette rame de la "ligne bleue".

Depuis mai, des travaux préparatoires à l'installation d'un nouveau système d'aiguillage sont en cours entre les stations Park Pobedy et Slavinski Boulevard, où s'est produit la catastrophe. Ils n'auraient pas été contrôlés correctement par les deux hommes, qui étaient, selon le Comité d'enquête, "directement impliqués dans le suivi de leur mise en oeuvre ".

D'après le Comité, qui précise que les deux suspects, qui ont déjà été interrogés, seront inculpés "au plus vite".  "Les travaux ont été réalisés de manière inappropriée, cela a provoqué la sortie des voies de la rame, la mort de 21 personnes et des blessures diverses pour plus de 150 passagers ".

La presse craint la désignation de boucs émissaires

Après l'accident, le président russe Vladimir Poutine avait demandé l'ouverture d'une enquête criminelle pour en connaître les causes. Le maire de Moscou, Serguei Sobianine, avait lui prévenu : "Ceux qui seront coupables devront s'attendre non seulement à être renvoyés, mais aussi à des poursuites judiciaires ".

Les titres de la presse russe demandaient mercredi l'ouverture d'une enquête transparente sur la catastrophe, s'inquiétant parfois que l'enquête actuelle ne serve qu'à trouver des boucs émissaires et passe à côté du problème de la vétusté de l'infrastructure.

Ouvert en 1953, le métro de Moscou revendique l'un des flux de passagers les plus élevés au monde. 150 blessés sont toujours hospitalisés mercredi, dont "47 dans un état grave", a précisé à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé russe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.