Cet article date de plus de neuf ans.

Copenhague : un mort dans une fusillade près d'une synagogue

Une personne civile a été tuée et trois policiers blessés par balle près de la synagogue de Copenhague (Danemark) dans la nuit de samedi à dimanche. Le tireur a pris la fuite à pied. Pour le moment, aucun lien n'a été établi avec l'attaque qui a fait un mort samedi après-midi lors d'un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Un policier sur les lieux de la fusillade à la synagogue de Copenhague © Rasmus Thau Riddersh @rtridder)

Une attaque a visé une synagogue du centre-ville de Copenhague dans la nuit de samedi à dimanche. Dans un premier temps, la police de Copenhague avait indiqué qu'une personne civile avait été touchée par balle à la tête et deux policiers blessés, l'un à la jambe et l'autre au bras. Lors d'un point presse à quatre heures, elle a annoncé que la personne touchée à la tête avait succombé à ses blessures. Elle a aussi fait savoir que trois policiers ont été blessés mais qu'ils sont hors de danger.

La police de Copenhague a indiqué que "l''auteur des coups de feu a fui les lieux à pied". Selon les médias, une chasse à l'homme s'est alors engagée dans le parc «Ørstedsparken» situé près de la synagogue.

La gare de Nørreport, dans le même quartier que la synagogue, a été évacuée. Les trains ne s'y arrêtent plus, selon l'agence de presse danoise Ritzau, qui cite la compagnie ferroviaire DSB.

Peu après la fusillade, la police de Copenhague a donné des consignes sur Twitter : "Il y a une forte présence de fonctionnaires de police dans Copenhague. Suivez leurs instructions et soyez sur vos gardes".

Pour le moment, aucun lien n'a été établi avec l'attaque qui a fait un mort et trois blessés samedi après-midi lors d'un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression. L'auteur de cette attaque est actuellement en fuite. Et un important dispositif policier a été déployé pour le retrouver.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.