Commission européenne : la candidature de la Française Sylvie Goulard a été rejetée par les eurodéputés

Les élus ont désapprouvé massivement la nomination au Marché intérieur de l'ancienne ministre, sous le coup de deux enquêtes pour des soupçons de participation à un système d'emplois fictifs présumés pour son parti, le MoDem.

Sylvie Goulard lors de sa seconde audition par les eurodéputés, jeudi 10 octobre 2019 à Bruxelles (Belgique).
Sylvie Goulard lors de sa seconde audition par les eurodéputés, jeudi 10 octobre 2019 à Bruxelles (Belgique). (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Clap de fin. La Française Sylvie Goulard ne sera pas commissaire européenne au Marché intérieur. Sa candidature a été définitivement rejetée par les eurodéputés, jeudi 10 octobre, lors d'une seconde audition. Au total, 82 élus ont voté contre sa nomination, 29 pour, et un s'est abstenu, ce qui marque un rejet massif des commissions du Parlement qui l'avaient auditionnée pour la seconde fois.

Durant une première audition, le 2 octobre, l'éphémère ministre des Armées d'Emmanuel Macron n'était déjà pas parvenue à lever le scepticisme des eurodéputés. En effet, deux enquêtes sont en cours sur des soupçons de participation de Sylvie Goulard à un système d'emplois fictifs pour son parti, le MoDem, l'une par la justice française, l'autre par l'office antifraude de l'UE (Olaf).

>> Conflits d'intérêts, emploi fictif… Ces candidats à la Commission européenne embarrassés par des affaires

Les réserves des eurodéputés, qui évoquent un possible conflit d'intérêts, concernent en outre son travail de "consultante", entre 2013 et janvier 2016, pour l'institut Berggruen, un think tank fondé par le milliardaire américano-allemand Nicolas Berggruen, pour plus de 10 000 euros brut par mois.

Le Parlement européen devait décider si Sylvie Goulard avait toutes les compétences requises pour son portefeuille et si elle présentait toutes les garanties d'intégrité personnelle et d'indépendance. Après sa première audition, la candidate avait dû répondre à des questions écrites en raison des doutes exprimés sur ces deux dernières qualités. Sylvie Goulard avait rappelé qu'elle n'était pas mise en examen et avait invoqué la présomption d'innocence pour refuser de retirer sa candidature.

"Tout le monde est contre Goulard"

Cela n'a pas suffi à rassurer les eurodéputés. "Tout le monde est contre [Sylvie] Goulard sauf [sa formation] Renew Europe", avait d'ailleurs résumé une source parlementaire avant le vote. Il faudra désormais lui trouver un remplaçant. "Je prends acte de la décision du Parlement européen, dans le respect de la démocratie, a réagi l'intéressée sur Twitter. Je remercie le président de la République et Ursula von der Leyen [la future présidente de la Commission européenne] pour leur confiance et tous les députés qui ont voté pour moi."

Sylvie Goulard est la troisième candidate recalée par les députés européens après le conservateur hongrois Laszlo Trocsanyi (PPE) et la socialiste roumaine Rovana Plumb. Le Parlement européen doit voter l'investiture de la nouvelle commission le 24 octobre lors de sa session plénière à Strasbourg.