Cet article date de plus de neuf ans.

Chypre, après une semaine sans banques

Tandis que les autorités chypriotes cherchent un plan pour obtenir 10 milliards d'euros d'aide et éviter la banqueroute, les banques de l'île restent portes closes, pour éviter la fuite massive des capitaux à l'étranger. Résultat : depuis une semaine, tout ou presque se paye en liquide.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Yannis Behrakis Reuters)

REPÈRES

  • Chypre a jusqu'à ce dimanche soir pour trouver 7 milliards d'euros
  • Les autorités de Nicosie et la troïka envisageraient une taxe de 20% sur les dépôts de plus de 100.000 euros à la Bank of Cyprus et de 5% dans les autres banques
  • Une réunion de l'Eurogroupe est prévue à Bruxelles ce dimanche à 18 heures 
    > Lire aussi Week-end crucial pour les Chypriotes

Stations-services, boutiques de mode ou restaurants : depuis la fermeture imposée des banques décidée mardi dernier, la majorité des commerces refusent tout paiement par chèque ou carte de crédit. Ils craignent de ne pas rentrer dans leurs frais, si les banques de leur client ne rouvraient jamais. "Même moi je ne paye plus spontanément les autres commerçants qu'en cash , confie Gatienne Thibaud, patronne de la brasserie française "Au bon plaisir", par honnêteté,  parce que je me dis que peut-être, ils ne toucheront pas l'argent ". 

Paradoxale situation pour Vassili Scantos qui loue des véhicules de tourisme. Chez lui, en temps normal, seules les cartes bancaires sont acceptées. Les comptes de son entreprise surtout sont à la Laike Bank, deuxième du pays, dont le démantèlement pourrait être annoncé, selon des sources bruxelloises. "Comment va-t-on payer les employés ", se demande t-il au point d'envisager d'ouvrir un autre compte ailleurs. 

Nicosie au ralenti

Les banques sont fermées, et tous les virements par internet bloqués. Les entreprises en sont donc réduites aussi à payer leurs fournisseurs en liquide. 

Pour les particuliers enfin, c'est la queue aux distributeurs automatiques. Pour éviter la pénurie, les retraits d'espèces sont limités à 260 euros. Un montant très juste face à certaines dépenses. La capitale Nicosie tourne donc au ralenti. Chacun ne dépensant que le strict nécessaire. En attendant mardi, date de réouverture annoncée des banques. Chypre doit réussir d'ici là à dégager 7 milliards d'euros d'économie, pour obtenir une aide de 10 milliards de la troïka. Sans quoi toutes les banques chypriotes pourraient se voir couper les vivres. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.