Cet article date de plus de quatre ans.

Seconde Guerre mondiale : les archives relatives au procès de Klaus Barbie ouvertes aux chercheurs

Les ministres de la Justice et de la Culture ont ouvert à la recherche les archives relatives au procès de Klaus Barbie, lundi 3 juillet. Cette décision veut favoriser le travail de mémoire et la lutte contre le négationnisme.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Klaus Barbie a été reconnu coupable de 17 crimes contre l'humanité par la cour d'assises du Rhône en 1987. Les archives de ce procès sont désormais consultables par les chercheurs.  (STF / AFP)

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, et son homologue de la Culture, Françoise Nyssen, ont annoncé lundi 3 juillet que les archives relatives au procès de Klaus Barbie, chef de la Gestapo de la région lyonnaise pendant la Seconde Guerre mondiale, seront désormais ouvertes à la recherche. 

Ces documents, conservés aux archives nationales et aux archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, seront librement consultables. Cette décision intervient 30 ans jour pour jour après que la cour d’assises du Rhône a reconnu Klaus Barbie coupable de 17 crimes contre l'humanité.

Lutter contre le révisionnisme et l'oubli

Ces archives vont permettre aux chercheurs "de progresser dans la connaissance de ce procès aussi retentissant qu’emblématique et de favoriser toujours davantage le travail de mémoire autour du symbole d’une lutte obstinée pour la vérité", écrivent les deux ministres dans leur communiqué.

Selon les deux femmes, cette décision s'inscrit dans la continuité de la politique d'ouverture des archives de la Seconde Guerre mondiale menée depuis plusieurs années par leurs ministères. Cette politique est engagée "en concertation avec les historiens et la société civile, dans le but de contribuer sans relâche à lutter contre le révisionnisme et l’oubli", indique encore le communiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Auschwitz

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.