Retour sur le contexte des attentats en Belgique

Depuis les attentats de Paris, les autorités belges ont multiplié les opérations antiterroristes jusqu'à ces derniers jours.

FRANCE 2

La Belgique est attaquée ce mardi 22 mars alors que la traque des complices de Salah Abdeslam n'est pas encore terminée. Un homme retient particulièrement l'attention de tous les services. Il s'agit de l'artificier des attentats de Paris : Najim Laachraoui, 24 ans.
Ce Belgo-Marocain aussi connu sous le nom de Souffiane Kayal est soupçonné d'avoir fabriqué des ceintures explosives utilisées le soir du 13 novembre. Depuis cette date, la Belgique savait qu'une action terroriste pouvait avoir lieu à tout moment sur son sol, la base arrière des terroristes de Paris.

Une centaine de perquisitions

Fin novembre, la ville était en état de siège, et le niveau d'alerte relevé à son maximum. Depuis, le niveau de vigilance a été baissé, mais dans tout le pays la police traque les terroristes. En quatre mois, les enquêteurs ont mené une centaine de perquisitions et multiplié les arrestations. Fin décembre, les enquêteurs ont déjoué un projet d'attentat. Deux hommes avaient été arrêtés et les festivités du Nouvel An annulées à Bruxelles. Cette vigilance extrême n'a pas permis de déjouer les attaques meurtrières de ce 22 mars.

Le JT
Les autres sujets du JT