Explosions à Bruxelles : les réactions de l'opposition française

Des marques de solidarité sont adressées à nos voisins belges, mais certaines voix dissonantes se font entendre.

FRANCE 2

En marge d'une réunion au Sénat, Nicolas Sarkozy a réagi aux attentats de Bruxelles de ce mardi 22 mars. L'ancien président de la République exprime son émotion et sa solidarité avec les victimes et les autorités belges. "On est saisis d'effroi une nouvelle fois par la brutalité, la sauvagerie et la barbarie de ces attentats. Personne n'est à l'abri et ça va demander une prise de conscience quant à la fermeté de notre réponse extrêmement rapide."

Marine Le Pen demande de rétablir les contrôles aux frontières

Dans un communiqué, Marine Le Pen apporte également son soutien au peuple belge. Elle va plus loin et réclame "la fermeture immédiate de la frontière franco-belge" et le "rétablissement des contrôles sur l'ensemble des frontières nationales". Pour certains de ses proches, ces attaques sont le résultat d'une politique menée depuis plus de vingt ans.

D'autres députés regrettent le langage guerrier employé par certains responsables du gouvernement. "Je pense que d'ajouter de la peur à la peur n'est pas la solution. Nous serons sans doute confrontés, y compris en France, à d'autres attentats suicides. Il n'y a qu'une seule voie, celle de renforcer nos libertés", confie Noël Mamère, député écologiste, au micro de France 2. Les attentats de Bruxelles occuperont une large part des questions au gouvernement à l'Assemblée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, le 13 février 2016 à Paris.
Le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, le 13 février 2016 à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)