DIRECT. Bruxelles : des hooligans ont perturbé le rassemblement en hommage aux victimes des attentats

Un groupe de militants d'extrême droite s'est invité à un hommage aux victimes sur la place de la Bourse, à Bruxelles.

Voir la vidéo
EVN
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Un groupe de militants d'extrême droite s'est invité à un hommage aux victimes sur la place de la Bourse, à Bruxelles, dimanche 27 mars. Ils ont perturbé le recueillement de centaines de personnes avec des saluts nazis et des slogans d'extrême droite, selon des journalistes sur place.

Tensions. La température est montée d'un cran et les forces de police se sont déployées. Des canons à eau sont en action pour disperser les manifestants si nécessaire.

Saluts nazis. Les militants d'extrême droite sont arrivés par la gare du Nord. Un reporter de Radio-Canada, présent sur place, évoque des saluts nazis et des slogans d'extrême droite. Le Soir évoque des "supporters de football".

Intervention. La place de la Bourse de Bruxelles a été sécurisée par les forces de l'ordre belges, qui ont procédé à une dizaine d'interpellations.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BRUXELLES

21h03 : Un supporter du Standard de Liège faisait partie du cortège de supporters qui a rallié la place de la Bourse cet après-midi. Il explique au Monde s'être senti trahi :

"On s'était dit que tous les supporters des clubs de foot de Belgique devaient défiler ensemble pour montrer l'union nationale. On s'est donné rendez-vous à la gare de Vilvorde, on a pris le train jusqu'à la gare du Nord. Et on a commencé à marcher vers la Bourse. Mais moi je suis de gauche, je me sens trahi… Le noir c'était pour le deuil, pas pour autre chose…"

20h54 : Le président du mouvement populiste flamand NVA Bart de Wever a refusé de condamner les débordements de la place de la Bourse, à Bruxelles. Au contraire des autres partis qui ont signé un communiqué commun.

20h18 : L'Algérien Djamal Eddine Ouali, arrêté hier près dans le sud de l'Italie dans le cadre d'une enquête liée aux réseaux terroristes de Paris et de Bruxelles, a été interrogé en prison, mais refuse de répondre au juge. Il va être extradé vers la Belgique prochainement, fait savoir la justice italienne.

19h27 : Ils ont débarqué en force pour scander des slogans comme "Etat complice de Daech" ou "on est chez nous", en appelant à la fin de l'immigration et en affichant leur hostilité au cosmopolitisme de la capitale belge.

19h26 : Quel était le but des manifestants d' extrême-droite ? Soutiendraient-ils les assassins ? Dans ce cas il faudrait les interner dans un hôpital psychiatrique.

19h25 : L'hommage aux victimes prévu demain au pied de l'Atomium de Bruxelles est annulé, indique l'association Pray For Belgium qui l'organisait.

19h20 : Le chanteur Renaud a déposé en toute discrétion une rose blanche sur la place de la Bourse de Bruxelles, transformée en mémorial après les attentats meurtriers de mardi.

18h30 : Le patron de l'aéroport de Zaventem, Arnaud Feist, publie une lettre ouverte remerciant les personnels de l'aéroport pour leur réaction après l'attentat qui a frappé le site mardi matin : "Vous avez fait preuve d'un courage surhumain. Prenez le temps d'assimiler tout cela, une équipe de thérapeutes professionnels est là pour vous. L'ensemble de la direction de Brussels Airport, tous les collègues des entreprises de l'aéroport et moi-même, sommes aussi là pour vous."

17h56 : Les polices de Malines et d'Anvers, où vont être renvoyés les "hooligans" qui ont fait des saluts nazis pendant l'hommage aux victimes, ne prévoient d'interpeller personne, rapporte Le Soir.

La police bruxelloise a déjà procédé à une dizaine d'interpellations en milieu d'après-midi.

17h55 : "Je demande le respect à un moment de deuil pour tout le pays. Il est tout à fait inapproprié que des manifestants rompent la période de recueillement à la Bourse à Bruxelles. Les gens se réunissent pour trouver un réconfort. Je condamne fermement ces débordements."

Vive réaction du premier ministre belge après les incidents autour de la place de la Bourse, où des militants d'extrême-droite ont perturbé l'hommage aux victimes.

17h24 : L'équipe nationale de Belgique, qui disputera mardi un match contre le Portugal, a rendu hommage aux victimes en déposant une gerbe sur le tarmac de l'aéroport de Zaventem. Les joueurs ont signé un mur installé pour l'occasion.

17h01 : Une dizaine de militants d'extrême-droite ont été interpellés à Bruxelles, pour avoir perturbé l'hommage aux victimes par des saluts nazis et des chants injurieux.

16h42 : D'après Le Soir, les autorités étaient effectivement au courant dès hier de l'initiative de ces militants d'extrême-droite. Des policiers de Liège avaient d'ailleurs été déployés en renfort de leurs collègues bruxellois. Mais cela n'a pas suffit à endiguer la provocation de ces 400 militants (estimation de l'agence Belga).

16h41 : "Je suis scandalisé par ce qui se passe, de constater que de telles crapules viennent provoquer les habitants sur les lieux de leur hommage. Nous avons été prévenus hier de leur venue possible, et je constate que rien n'a été fait pour les empêcher de se rendre à Bruxelles."

15h44 : Désormais, la place de la Bourse de Bruxelles semble sécurisée par les forces de l'ordre belges. Les hooligans venus perturber l'hommage rendu aux victimes des attentats ont été évacués vers les rues alentours.

15h56 : Des canons à eau et des policiers protégés par leurs boucliers sont en place face aux manifestants d'extrême droite venus perturber l'hommage rendu aux victimes des attentats, place de la Bourse, à Bruxelles.

15h28 : Après les incidents place de la Bourse à Bruxelles en raison de provocations de militants d'extrême-droite, la situation reste tendue, comme le rapportent les journalistes présents sur place.

15h25 : Quelques précisions après les annonces du parquet fédéral belge : treize nouvelles perquisitions antiterroristes dans plusieurs villes de Belgique ont été menées ce matin.

Quatre perquisitions ont été menées à Malines et une à Duffel, deux villes de la région flamande dans le nord du pays. Les huit autres ont eu lieu dans divers quartiers de Bruxelles.


Quatre personnes sont en garde à vue. "Le magistrat instructeur décidera dans le courant de la journée" du placement ou non des quatre personnes auditionnées "en détention préventive", explique le parquet.


S'il s'agit bien d'antiterrorisme, le parquet fédéral ne fait pas de lien avec les attentats en Belgique ou en France.

15h17 : Un reporter de Radio-Canada, présent place de la Bourse, à Bruxelles, évoque des saluts nazis et des slogans d'extrême droite.

15h10 : Le Soir évoque des "supporters de football". "Ces supporters, certains encagoulés et alcoolisés, scandent 'Belgian hooligans. On est chez nous'", écrit le quotidien belge.

15h08 : Des tensions éclatent place de la Bourse, à Bruxelles. Alors que des centaines de personnes se recueillaient en mémoire des attentats de mardi, des militants d'extrême droite ont investi la place.

15h05 : Quatre personnes sont auditionnées après ces treize perquisitions antiterroristes, précise le parquet fédéral belge.

15h04 : Le parquet fédéral belge annonce que treize perquisitions antiterroristes ont été menées ce matin.

14h35 : La structure de l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem reste "stable" après le double attentat-suicide perpétré mardi dernier par des jihadistes, annoncent les autorités aéroportuaires, sur la base d'un rapport d'experts. L'aéroport reste fermé jusqu'à demain. Les explications de France 3 Nord-Pas-de-Calais.

14h15 : Alors que la "marche contre la peur" qui devait se tenir actuellement à Bruxelles a été annulée pour des raisons de sécurité, de plus en plus de Bruxellois se rassemblent place de la Bourse pour rendre hommage aux victimes des attentats de mardi. Mais le quartier reste sous haute surveillance.

13h29 : Reportage à Bruxelles, où Johnny Hallyday a donné un concert hier, au cours duquel il a rendu hommage aux victimes des attentats.


(FRANCE 3)

13h22 : "Il y a aujourd'hui, on le sait, une centaine de quartiers en France qui présentent des similitudes potentielles avec ce qui s'est passé à Molenbeek".

"Molenbeek, c'est une concentration énorme de pauvreté et de chômage, c'est un système ultra-communautariste, c'est un système mafieux avec une économie souterraine, c'est un système où les services publics ont disparu ou quasiment disparu, c'est un système où les élus ont baissé les bras, a égrené Patrick Kanner, ce matin sur itélé.

13h01 : "Face aux gouffres spirituels et moraux, face aux vides qui provoquent la haine et la mort", (...) "le Seigneur nous donne son regard de compassion envers les affamés et les assoiffés, les étrangers et les prisonniers, les marginaux et les exclus, les victimes des abus et de la violence".

Condamnant "la forme aveugle et atroce de la violence" que constitue le terrorisme, le chef de l'Eglise catholique a prié pour la Belgique, la Turquie, le Nigeria, le Tchad, le Cameroun, la Côte d'Ivoire et l'Irak, frappés par des attentats, lors de son message de Pâques urbi et orbi (à la ville et au monde).