Cet article date de plus de six ans.

Attaques de Copenhague : deux hommes inculpés de complicité

Les deux hommes arrêtés dimanche par les forces de l'ordre danoises ont été inculpés lundi de complicité avec l'auteur des attaques de Copenhague. Dans le week-end, deux attaques dans la capitale danoise ont fait deux morts et cinq blessés, l'une dans un synagogue, l'autre dans un centre culturel lors d'un débat sur la liberté d'expression.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le centre culturel attaqué samedi après-midi à Copenhague © Maxppp)

La police a annoncé lundi avoir placé en détention deux hommes, soupçonnés de complicité avec l'auteur présumé des attaques de Copenhague qui ont fait deux morts et cinq blessés ce week-end. Ils ont ensuite été présentés à un juge et inculpés de complicté. Ils avaient été arrêtés dimanche lors d'un raid dans un cyber-café dans le quartier de Nørrebro, où le criminel présumé a été abattu par la police.

"Les deux hommes sont accusés d'avoir soutenu le suspect lié aux fusillades de Krudttonden et Krystalgadeen en lui apportant des conseils et une aide matérielle ", dit la police danoise dans un communiqué. "Ils ne sont pas inculpés de terrorisme mais de complicité, soupçonnés d'avoir aidé l'auteur (des attaques) à faire disparaître une arme et à se procurer une cachette ", a dit à l'AFP l'avocat de l'un des suspects.

La police est toujours à la recherche de témoins pour déterminer le trajet exact du tireur et appréhender d'éventuels complices supplémentaires. La capitale danoise a été visée par deux fusillades samedi après-midi et dimanche matin, la première dans un centre culturel, la seconde devant la grande synagogue de Copenhague, faisant deux morts. Le suspect, tué lors d'une fusillade dimanche en début de matinée, était un jeune homme de nationalité danoise, âgé de 22 ans et déjà connu des services de police pour des actes de violence et pour détention d'armes.

A écouter aussi ►►► Copenhague : "Son cri de haine, plus terrifiant que les coups de feu"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.