Malgré les excuses de l'Allemagne, des Polonais réclament toujours des réparations pour la Seconde Guerre mondiale

Le président allemand a a demandé pardon aux victimes de l'agression allemande en 1939, lors d'une cérémonie à Wielun en Pologne. Il n'a pas abordé la question des réparations de guerre, réclamées par Varsovie. 

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier avec le président polonais Andrzej Duda, le 1er septembre 2019. 
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier avec le président polonais Andrzej Duda, le 1er septembre 2019.  (BERND VON JUTRCZENKA / DPA)

80 ans après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a demandé pardon dimanche 1er septembre aux victimes polonaises de l'agression nazie. De nombreux chefs d'États et de gouvernement, dont Angela Merkel, Édouard Philippe et le vice-président américain, Mike Pence étaient présents à Varsovie en Pologne. Malgré les excuses, le discours du président allemand a déçu une partie des habitants qui attendaient de le voir aborder l’épineuse question des réparations financières réclamées par la Pologne à son voisin. 

"Nous les avons déjà entendues ces excuses" 

"Nous, Allemands, devons vivre avec cet héritage douloureux et nous vous demandons pardon", a déclaré Frank-Walter Steinmeier à Wielun, la ville où sont tombées les premières bombes en 1939. Un discours qui n'a pas convaincu Ian : "Nous les avons déjà entendues ses excuses, plusieurs fois. Maintenant nous voulons du concret, des formes de compensation financière par rapport à tout ce qui est arrivé en Pologne" 

Durant la guerre, le pays a perdu 17 % de sa population dans le conflit soit six millions de personnes, dont trois millions de juifs. Des villages ont été rasés de la carte. À trois reprises, durant la période communiste, la Pologne a renoncé à demander des compensations financières mais désormais Varsovie relance la question.

Varsovie réclame 800 milliards à l'Allemagne 

"La Pologne et l’Allemagne de l’Est étaient en réalité contrôlées par la Russie à l'époque", affirme Michal. Cet homme de 43 ans a perdu son grand-père dans un camp d’extermination et aujourd'hui il aimerait voir l'Allemagne payer une compensation. "Rester dans ce statu quo, sans compensations financières, alors que la situation politique a évidemment changé depuis, ce n’est pas possible. La Pologne a le droit de réclamer des réparations. Le sujet n’est pas clos". 

Pourtant, pour le gouvernement allemand la question des réparations est close depuis longtemps. Le parti au pouvoir en Pologne a malgré tout ouvert une commission parlementaire pour évaluer les pertes subies par le pays. Le gouvernement actuel réclame déjà plus de 800 milliards d’euros à son voisin pour les dégâts liés à la Seconde Guerre mondiale.