Cet article date de plus de deux ans.

LA PHOTO. Génocide en Namibie: réconciliation avec Berlin, excuses en suspens...

L'Allemagne a restitué le 29 août 2018 à la Namibie les restes osseux des massacres perpétrés sur les Héréros et Namas. Leur révolte contre la puissance coloniale, entre 1904 et 1908, avait conduit à une répression considérée comme le premier génocide du XXe siècle. Les représentants de ces ethnies apprécient le geste de réconciliation de Berlin mais attendent toujours des excuses.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A Berlin, le 27 août 2018, devant le ministère de la Justice. Une délégation de représentants des ethnies héréro et nama prend la pause le 27 août 2018, quarante-huit heures avant la cérémonie de remise des ossements, en particulier des crânes. Ceux-ci furent envoyés en Allemagne pour des expériences scientifiques censées prouver la supériorité des Blancs sur les Noirs. En 1924, un musée allemand a vendu certains de ces restes osseux à un collectionneur américain, qui en a ensuite fait don au musée d'histoire naturelle de New York. En 2008, l'ambassadeur de Namibie à Berlin a réclamé leur restitution. «Il s'agit de retrouver notre dignité, de nous réapproprier notre histoire. Et il s'agit d'offrir à ces crânes une vraie sépulture», avait-il déclaré. Des négociations sont toujours en cours entre l'Allemagne et la Namibie. Berlin refuse d'indemniser les descendants des victimes mettant en avant les centaines de millions d'euros d'aide au développement versés à la Namibie depuis son indépendance de l'Afrique du Sud en 1990. Les Héréros représentent aujourd'hui 7% de la population namibienne, contre 40% au début du XXe siècle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.