LA PHOTO. Génocide en Namibie: réconciliation avec Berlin, excuses en suspens...

L'Allemagne a restitué le 29 août 2018 à la Namibie les restes osseux des massacres perpétrés sur les Héréros et Namas. Leur révolte contre la puissance coloniale, entre 1904 et 1908, avait conduit à une répression considérée comme le premier génocide du XXe siècle. Les représentants de ces ethnies apprécient le geste de réconciliation de Berlin mais attendent toujours des excuses.

A Berlin, le 27 août 2018, devant le ministère de la Justice. Une délégation de représentants des ethnies héréro et nama prend la pause le 27 août 2018, quarante-huit heures avant la cérémonie de remise des ossements, en particulier des crânes. Ceux-ci furent envoyés en Allemagne pour des expériences scientifiques censées prouver la supériorité des Blancs sur les Noirs. En 1924, un musée allemand a vendu certains de ces restes osseux à un collectionneur américain, qui en a ensuite fait don au musée d'histoire naturelle de New York. En 2008, l'ambassadeur de Namibie à Berlin a réclamé leur restitution. «Il s'agit de retrouver notre dignité, de nous réapproprier notre histoire. Et il s'agit d'offrir à ces crânes une vraie sépulture», avait-il déclaré. Des négociations sont toujours en cours entre l'Allemagne et la Namibie. Berlin refuse d'indemniser les descendants des victimes mettant en avant les centaines de millions d'euros d'aide au développement versés à la Namibie depuis son indépendance de l'Afrique du Sud en 1990. Les Héréros représentent aujourd'hui 7% de la population namibienne, contre 40% au début du XXe siècle.