Coronavirus : Angela Merkel se dit prête à revenir sur le zéro déficit en Allemagne

La chancelière allemande, qui s'exprimait pour la première fois devant la presse au sujet de cette épidémie, a expliqué que mettre fin à la propagation de la maladie passait "en premier", avant le respect des règles budgétaires.

La chancelière allemande, Angela Merkel, lors d\'une conférence de presse, le 11 mars 2020.
La chancelière allemande, Angela Merkel, lors d'une conférence de presse, le 11 mars 2020. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

La chancelière allemande, Angela Merkel, a affirmé être prête, mercredi 11 mars, à revenir sur la sacro-sainte règle du zéro déficit public en Allemagne pour faire face à l'épidémie de coronavirus"Il s'agit d'une situation extraordinaire, nous ferons ce qui est nécessaire (...) nous le ferons pour que nous puissions nous sortir de cette situation et, après coup, nous verrons ce que cela a signifié pour notre budget", a-t-elle assuré lors d'une conférence de presse.

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

La dirigeante était interrogée sur le fait de savoir si elle était prête à remettre en cause l'impératif de l'équilibre budgétaire en Allemagne, qui dicte la conduite du gouvernement depuis maintenant des années et est critiquée par les partenaires de l'Allemagne, comme la France, ainsi que certaines institutions internationales.

Une économie "dépendante des exportations"

Angela Merkel, qui s'exprimait pour la première fois devant la presse au sujet de cette épidémie, a expliqué que mettre fin à sa propagation passait "en premier", avant le respect des règles budgétaires. "Une économie comme celle de l'Allemagne, qui est extrêmement dépendante des exportations, est bien sûr encore plus touchée par les défis mondiaux qu'une économie très centrée sur elle-même", a fait valoir la chancelière.

Le gouvernement allemand devrait ainsi présenter, vendredi, des mesures pour relancer l'économie, en direction par exemple des hôtels et restaurants. Il prépare concrètement des prêts publics aux entreprises confrontées à des difficultés de trésorerie.