Cet article date de plus de deux ans.

Allemagne : un ancien nazi face à un survivant du camp de Stutthof

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Allemagne : un ancien nazi face à un survivant du camp de Stutthof
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

C'est sans doute le dernier procès d'un nazi encore vivant. Un ancien gardien du camp de concentration de Stutthof (Pologne) a dû affronter le regard et les reproches d'un survivant né dans le camp.

La confrontation entre un ancien gardien du camp de concentration de Stutthof, âgé de 93 ans, et un survivant, 76 ans, né dans le camp, a donné lieu à un épilogue inattendu. L'accusé entre dans la salle du tribunal de Hambourg dans un fauteuil roulant, le visage dissimulé derrière une poche cartonnée. Le procès de Bruno D. est sans doute le dernier de l'Histoire où sont jugés les crimes du IIIe Reich.

Peter Loth a accordé son pardon à Bruno D.

Bruno D. avait alors 17 ans et est l'un des gardiens du camp où 65 000 personnes ont été tuées. Pour le procureur allemand, Bruno D. est complice de meurtres, car il a empêché la fuite des prisonniers. S'il n'a aucun souvenir du camp, Peter Loth a fait le déplacement jusqu'au tribunal pour "connaître la vérité pour ceux qui sont morts, pour les enfants qui sont morts, pour ma mère, dont les cendres ont été dispersées plus tard à Stutthof". Il ne réclame pas de peine de prison, mais des explications et une condamnation pour l'Histoire. Face à lui : un accusé qui n'est pas entré de plein gré dans la SS et n'a pas choisi de travailler dans le camp. Les deux hommes ont terminé l'audience en larmes, Peter Loth ayant accordé son pardon à Bruno D.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.