Allemagne : ce que l'on sait de l'homme qui a foncé sur la foule à Münster

Les médias allemands indiquent qu'il s'agirait de Jens R., un Allemand âgé de 48 ans. Franceinfo dresse son profil.

Des enquêteurs à Münster (Allemagne) le 7 avril 2018, peu après qu\'un véhicule a foncé sur les terrasses de café et restaurant.
Des enquêteurs à Münster (Allemagne) le 7 avril 2018, peu après qu'un véhicule a foncé sur les terrasses de café et restaurant. (DAVID YOUNG / DPA / AFP)

Il était 15h30 quand il a foncé sur des terrasses de café et de restaurant. Samedi 7 avril, un Allemand a fait deux morts en dirigeant son véhicule vers la foule dans le centre-ville de Münster. Le conducteur s'est ensuite suicidé avec une arme à feu "dans son véhicule", selon les autorités. D'après plusieurs médias locaux, il s'agirait de Jens R., un homme âgé d'environ 48 ans qui résidait à Münster. Quel était son profil ? Franceinfo vous résume ce que l'on sait de cet homme.

Il vivait depuis longtemps à Münster

L'homme était "un Allemand, il n'était pas un réfugié" a tenu à souligner le ministre de l'Intérieur de la région où les faits se sont produit, Herbert Reul. Il serait né le 1er mai 1969 à Olsberg, dans l'ouest de l'Allemagne, d'après le Frankfurter Allgemeine Zeitung*. Il vivait depuis longtemps à Münster et son appartement se trouvait à deux kilomètres des lieux du drame, d'après ce quotidien allemand. Il travaillait en tant que designer industriel indépendant, décrit le Spiegel*. D'après ses voisins, interrogés par le journal allemand, il avait un "caractère étrange"

Il n'avait pas de motivations politiques

Il n'y a "aucun élément montrant qu'il y ait des motivations politiques" dans ce drame, a déclaré le chef de la police de la ville, Hajo Kulisch. Si les autorités avaient déjà écarté la piste d'un attentat jihadiste, des médias allemands avaient fait état de liens de l'auteur avec les milieux d'extrême droite. "Les motivations et les causes sont plutôt à chercher chez l'auteur lui-même", a ajouté le chef de la police.

Il avait des troubles psychologiques

Pour expliquer son geste, les autorités allemandes se concentrent plutôt sur les troubles psychiques du conducteur. "Nous avons de nombreux éléments montrant que [sa] personnalité, qui s'est distinguée par des comportements étranges, se trouve au centre" de l'explication, a déclaré à la presse Herbert Reul. Le Tagesspiegel* évoque notamment une lettre laissée après sa mort, dans laquelle il exprimait une "frustration personnelle".

Une source proche de l'enquête a indiqué à l'AFP que, depuis 2015, le conducteur de la camionnette "avait eu des comportements étranges au sein de sa famille liés avec une maladie psychique manifeste". "Fin mars, un nouvel incident s'est produit lorsqu'il a annoncé à des connaissances par email son prochain suicide", a ajouté cette source. Une information que confirme la chaîne de télévision ZDF*, qui affirme que Jens R. aurait "récemment fait une tentative de suicide".

Il était connu des services de police

Selon la presse allemande, l'homme était également connu pour un passé de petit délinquant et des actes de violence. "La police l'avait remarqué à cause de dommages matériels et de menaces contre son entourage", raconte le Spiegel. "Trois procédures étaient en cours à Münster et une à Arnsberg", a ajouté la procureure Elke Adomeit, comme le rapporte Bild*.

Dans son appartement, d'après le Spiegel, les forces de l'ordre ont trouvé une arme factice, "un pistolet inutilisable de type [kalachnikov] AK 47", précise le quotidien.

* Les liens des articles sont en allemand