Accueil des réfugiés politiques : "Les capitales européennes ne veulent pas d'une politique commune"

Depuis Bruxelles, François Beaudonnet revient sur les désaccords entre pays européens sur l'accueil des réfugiés politiques.

FRANCE 2

Ce jeudi 25 juin marque "la fin d'un projet qu'on pourrait qualifier d'utopique", annonce depuis Bruxelles le journaliste de France 2 François Beaudonnet. Les pays européens ne sont pas d'accord sur l'accueil et la répartition des réfugiés politiques. Il n'y aura pas de quotas et la règle du chacun pour soi va perdurer. "Pour les réfugiés, la règle en Europe, c'est la générosité... oui, mais à géométrie variable. Les pays de l'Est par exemple n'en accueillent presque pas", note le reporter.

La méfiance de l'extrême droite

"Le principe restera le volontariat, d'abord parce que les capitales veulent continuer à maîtriser leur droit d'asile. Et puis, soyons francs, l'autre raison, c'est que cela aurait donné l'impression - même si c'est faux - d'ouvrir les portes de l'immigration, ce qui aurait fait le lit des partis d'extrême droite", explique François Beaudonnet. Avant de conclure : "Les capitales européennes viennent donc de dire clairement qu'elles ne veulent pas d'une politique commune sur l'immigration".

Le JT
Les autres sujets du JT