Espagne : le président de la Catalogne propose un nouveau vote sur l'indépendance

"La peur et les menaces ne nous vaincront pas", a-t-il lancé, lors d'un discours de défiance envers l'Etat espagnol devant le Parlement régional.

Quim Torra s\'exprime lors d\'une conférence de presse, le 15 octobre 2019, à Barcelone (Espagne).
Quim Torra s'exprime lors d'une conférence de presse, le 15 octobre 2019, à Barcelone (Espagne). (ALBERT GEA / REUTERS)

Le président indépendantiste de la Catalogne, Quim Torra, a proposé jeudi 17 octobre d'organiser un nouveau vote sur l'indépendance de la région, en réaction à la condamnation d'anciens dirigeants pour la tentative de sécession de 2017. "Je défendrai l'idée selon laquelle, il faut que cette législature [qui expire en principe en 2022] se termine avec un nouvel exercice du droit à l'autodétermination", a-t-il insisté devant les députés.

Quim Torra a condamné la radicalisation d'une partie du mouvement séparatiste, soulignant qu'il s'agissait d'une cause pacifique, tout en plaidant pour la scission. "La peur et les menaces ne nous vaincront pas", a-t-il lancé, lors d'un discours de défiance envers l'Etat espagnol devant le Parlement régional.

Si tous les partis et groupes le rendent possible, nous pourrons valider l'indépendance au terme de cette législature. Nous retournerons de nouveau aux urnes pour l'autodétermination.Quim Torraprésident de la Catalogne

C'est dans ce même hémicycle que son prédécesseur, Carles Puigdemont, avait annoncé son intention d'organiser le référendum interdit du 1er octobre 2017. Lequel avait conduit à une déclaration d'indépendance infructueuse. Cette tentative avortée de sécession a mené à la condamnation, lundi 14 octobre, de neuf responsables séparatistes à 9 à 13 années de prison, générant trois jours de manifestations et de violences.

Le ministère de l'Intérieur espagnol a annoncé l'envoi de renforts policiers en Catalogne, en prévision de nouvelles mobilisations vendredi. Les syndicats ont de leur côté appelé à une grève générale et les indépendantistes, engagés dans des "marches de la liberté", à converger vers Barcelone.