Catalogne : le Parlement européen lève l'immunité de l'indépendantiste Carles Puigdemont

Elus au Parlement européen en mai 2019, Carles Puigdemont et ses anciens "ministres" Toni Comin et Clara Ponsati sont poursuivis en Espagne pour l'organisation en 2017 d'un référendum d'indépendance interdit en Catalogne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont (droite), Clara Ponsati (centre) et Toni Comin, devant le siège du Parlement européen, à Bruxelles, le 5 février 2021. (JOHN THYS / AFP)

Le Parlement européen a voté, mardi 9 mars, la levée de l'immunité de trois eurodéputés indépendantistes catalans, dont l'ex-président de cette région, Carles Puigdemont. La mesure a été approuvée par 400 élus contre 248 et 45 abstentions à l'issue d'un vote à bulletins secrets ouvert lundi soir.

Ces mesures étaient réclamés par Madrid pour la tentative de sécession de 2017. D'ailleurs, le gouvernement espagnol a aussitôt réagi, affirmant que le vote du Parlement européen "envoie un triple message". L'un d'eux étant que "les problèmes de la Catalogne se résolvent en Espagne, ils ne se résolvent pas en Europe", selon une brève déclaration de la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya.

Poursuivis pour "sédition"

Elus au Parlement européen en mai 2019, Carles Puigdemont et ses anciens "ministres" Toni Comin et Clara Ponsati sont poursuivis en Espagne pour l'organisation en 2017 d'un référendum d'indépendance interdit en Catalogne. Pour Clara Ponsati, les autorités judiciaires d'Ecosse, où elle vivait, avaient également suspendu cette examen, dans l'attente de la décision des eurodéputés.

Les trois eurodéputés, poursuivis pour "sédition" et dans le cas de Carles Puigdemont et Toni Comin également pour "détournements de fonds publics", avaient annoncé qu'ils allaient saisir la Cour de justice de l'Union européenne en cas de levée de leur immunité. Ils estiment que la Cour suprême espagnole n'est pas compétente pour une telle demande. Ils avaient aussi dénoncé la "nature politique" des procédures engagées contre eux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.