Catalogne : "L'escalade permanente" commence à lasser les habitants

À la veille d'un conseil des ministres extraordinaire du gouvernement espagnol, la tension est extrême entre Madrid et la Catalogne, où plane l'hypothèse d'une suspension de l'autonomie. Le bras de fer commence à lasser les habitants.  

Depuis que le président régional catalan a proclamé au Parlement, ici le 10 octobre 2017, le droit de la région à devenir un Etat indépendant, les relations avec Madrid se sont tendues.
Depuis que le président régional catalan a proclamé au Parlement, ici le 10 octobre 2017, le droit de la région à devenir un Etat indépendant, les relations avec Madrid se sont tendues. (MAXPPP)

À la veille d'un conseil des ministres extraordinaire du gouvernement espagnol, la tension est extrême entre Madrid et Barcelone, vendredi 20 octobre. L'hypothèse d'une suspension de l'autonomie, par l'article 155 de la Constitution, plane sur la Catalogne, où le bras de fer commence à lasser les habitants.  

>>> Suivez notre direct sur la crise espagnole qui oppose Madrid aux indépendantistes de Catalogne

Qu’ils se rangent du côté de Madrid ou de Barcelone, les Catalans sont parfois fatigués de l’étrange spectacle donné par leurs dirigeants politiques. "Ras le bol, ça doit finir", dit Joseph, qui ressent "une ambiance détériorée, avec des gens un peu las". "Les conversations sont très délicates parce que tu ne sais jamais ce que pensent les gens que tu as devant toi", explique ce Catalan, qui use d'une métaphore sur l'alpinisme. "On est dans une escalade permanente. Dès qu’il y en a un qui dit quelque chose, l’autre fait pareil et ainsi de suite", dit-il pour résumer la situation espagnole.

Là, c’est la fin. Ils sont arrivés en haut de la montagne. Il n’y a plus rien maintenant. Il va falloir redescendre. Je pense que cette semaine, quelque chose va se débloquer.Joseph, Barcelonaisà franceinfo

C’est aussi le scénario privilégié de Ramon, qui lui ne croit pas du tout à l’indépendance. "L’issue logique voudrait que ce soit des élections anticipées. On peut même mettre sur la table des élections anticipées au niveau national", déclare-t-il.

Dans une démocratie, et nous y sommes, le meilleur moyen de se mettre d’accord, c’est de voter.Ramon, Catalanà franceinfo

Ces trois dernières semaines n'ont laissé aucun répit aux Catalans. Les plus  optimistes veulent croire que le week-end qui s’annonce permettra de fixer un cap,  une bonne fois pour toutes.

Catalogne : la lassitude de "l'escalade permanente" gagne les deux camps - un reportage d'Isabelle Labeyrie
--'--
--'--