Cet article date de plus de deux ans.

Catalogne : des séparatistes bloquent des routes pour protester contre l'arrestation de Puigdemont

Le chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont va rester en détention en Allemagne le temps que la justice se prononce sur son éventuelle extradition.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants séparatistes catalans bloquent une partie de l'autoroute A7, mardi 27 mars 2018 près de Gérone (Catalogne). (MAXPPP)

La tension grimpe en Catalogne. Des militants indépendantistes bloquent, mardi 27 mars, deux routes importantes en Catalogne. Ils protestent contre l'arrestation dimanche en Allemagne de l'ex-président régional Carles Puigdemont et contre l'incarcération d'autres leaders indépendantistes en Espagne.

Selon les services régionaux de trafic routier, les blocages ont visé l'autoroute A7 près de la frontière française, ainsi que la nationale N340 qui relie la Catalogne à la côte sud-est de l'Espagne. Les deux principaux accès à Barcelone, par le Nord et le Sud, ont également été brièvement coupés.

Puigdemont toujours incarcéré en Allemagne

Les manifestations ont été organisées par les "Comités de défense de la République" (CDR), des groupes radicaux qui ont annoncé lundi le lancement d'un cycle de protestations "permanentes". Début novembre, ils avaient déjà bloqué des voies ferrées, routes et sites touristiques lors d'une grève en soutien aux indépendantistes emprisonnés.

Neuf dirigeants séparatistes sont actuellement en détention provisoire près de Madrid, inculpés pour rébellion à cause de leur rôle dans la tentative de sécession unilatérale du 27 octobre.

Le chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont va de son côté rester en détention en Allemagne le temps que la justice se prononce sur son éventuelle extradition vers l'Espagne, qui l'accuse de "rébellion". Il n'y a aucun recours possible contre cette décision, a annoncé le tribunal régional de Kiel, dans la région du nord de l'Allemagne où il avait été arrêté dimanche.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.