Espagne : scandale à la tête du parti Podemos

En Espagne, les adhérents du parti de la gauche radicale Podemos sont appelés à décider du sort de leurs leaders. Pablo Iglesias et son épouse se voient reprocher d'avoir acheté une villa dans un quartier chic près de Mardid.

France 2

Poing levé, Pablo Iglesias prétendait représenter le peuple contre les élites. Problème : l'Espagne a désormais un doute. Pablo Iglesias et Irene Montero peuvent-ils se maintenir à la tête de Podemos ? C'est la question posée aux 500 000 adhérents du parti de gauche. Le couple, qui jusque dans leur tenue pratique l'image de gens ordinaires, s'est offert une belle maison dans la banlieue chic de Madrid (Espagne).

Parfum de scandale au sein du parti

250 mètres carrés, piscine et dépendance pour les invités... pour 600 000 euros dont la moitié empruntée sur 30 ans. Parfum de scandale au sein du parti où Pablo Iglesias avait posté il y a quelques années sur Twitter : "Donneriez-vous la politique du pays à quelqu'un qui dépense 600 000 euros pour une villa de luxe ?" Pour le moins embarrassé, le couple a été forcé de se justifier devant la presse. Élu au parlement pour défendre les plus modestes, le leader a t-il commis une faute politique ? Si les militants votent oui, l'icône de la gauche et son épouse devront quitter la tête du parti.

Le JT
Les autres sujets du JT
Irene Montero et Pablo Iglesias, respectivement porte-parole parlementaire et secrétaire général du parti espagnol Podemos, au Parlement espanol à Madrid le 11 octobre 2017.
Irene Montero et Pablo Iglesias, respectivement porte-parole parlementaire et secrétaire général du parti espagnol Podemos, au Parlement espanol à Madrid le 11 octobre 2017. (JAVIER SORIANO / AFP)