Attentats en Espagne : la foule se rassemble sur les Ramblas

L'émotion est toujours grande à Barcelone (Espagne) deux jours après les attentats qui ont touché la Catalogne. Le roi Felipe VI s'est rendu sur le lieu de l'attaque.

France 2

Les heures passent et les Ramblas ne désemplissent pas. Touristes et habitants de Barcelone se réunissent deux jours après l'attaque meurtrière qui a frappé Barcelone. Sous le choc, la foule afflue encore ce samedi soir pour rendre hommage aux victimes. Là où la camionnette a fauché les piétons faisant 14 morts et 120 blessés se trouvent aujourd'hui des fleurs et des bougies. Barcelone veut rapidement retrouver le visage de ville sûre et festive que le monde entier lui connait.

Le roi apporte son soutien en catalan

La mairie de Barcelone a ouvert un espace de crise ainsi qu'un registre de condoléances que beaucoup viennent signer. Dans les hôpitaux de la ville, beaucoup de blessés sont pris en charge. Parmi eux, plusieurs enfants auxquels le roi Felipe et la reine Letizia ont rendu visite ce samedi. Le couple royal s'est ensuite rendu sur le lieu de l'attaque, n'hésitant pas à reprendre avec la foule le slogan "No tim por !" (Je n'ai pas peur !), en catalan. Dimanche sera célébrée une messe en l'honneur des victimes à l'emblématique Sagrada Família.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le roi d\'Espagne Felipe VI (à gauche), le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy (au centre) et le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont (à droite), attendent côte à côte avant d\'observer une minute de silence sur la Place de Catalogne (Espagne), le 18 août 2017, en hommage aux victimes des attentats perpétrés la veille en Catalogne. 
Le roi d'Espagne Felipe VI (à gauche), le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy (au centre) et le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont (à droite), attendent côte à côte avant d'observer une minute de silence sur la Place de Catalogne (Espagne), le 18 août 2017, en hommage aux victimes des attentats perpétrés la veille en Catalogne.  (LLUIS GENE / AFP)