Cet article date de plus de douze ans.

Une étude publiée dans l'International Journal of Biological Sciences montre la toxicité de 3 maïs OGM de Monsanto

Gilles-Eric Séralini, un des auteurs de l'article, membre du Comité de recherche et d'information indépendant sur le génie génétique de Caen qui a participé à cette étude sur le MON810, MON863 et NK603, s'explique:"Nous avons prouvé pour la première fois au monde que ces OGM n'étaient pas sains, ni suffisamment corrects pour être commercialisés".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
  (DR)

Gilles-Eric Séralini, un des auteurs de l'article, membre du Comité de recherche et d'information indépendant sur le génie génétique de Caen qui a participé à cette étude sur le MON810, MON863 et NK603, s'explique:

"Nous avons prouvé pour la première fois au monde que ces OGM n'étaient pas sains, ni suffisamment corrects pour être commercialisés".

"A chaque fois, pour les trois OGM, les reins et le foie, qui sont les principaux organes réagissant lors d'une intoxication alimentaire chimique, ont des problèmes", a poursuivi cet expert membre de la Commission pour la réévaluation des biotechnologies, créée en 2008 par l'Union européenne.

Universitaires de Caen et Rouen et chercheurs du Comité de recherche et d'information indépendant sur le génie génétique se sont fondés sur les relevés fournis par Monsanto aux autorités sanitaires pour obtenir le feu vert à la commercialisation, mais ils en tirent des conclusions différentes après de nouveaux calculs statistiques.

Selon le Pr Séralini, les autorités sanitaires se basent sur la lecture des conclusions présentées par Monsanto et non sur celles de l'ensemble des chiffres. Les chercheurs ont, eux, pu obtenir l'intégralité des documents après décision de justice.

"Les tests de Monsanto, réalisés sur 90 jours, ne sont à l'évidence pas assez longs pour pouvoir dire si cela déclenche des maladies chroniques. C'est pourquoi nous demandons des tests d'au moins deux ans", a ajouté le chercheur. Les scientifiques demandent en conséquence la "ferme interdiction"de l'importation et de la culture de ces trois OGM. MON810, MON863 et NK603, "sont approuvés pour la consommation animale et humaine dans l'UE et aux Etats-Unis" notamment, précise M.Séralini. "Dans l'UE, seul le MON810 est cultivé dans certains pays (surtout en Espagne), les autres sont importés".

Une réunion des ministres de l'UE est prévue au sujet des MON810 et NK603 lundi, selon lui.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.