Ranger la maison c'est bien, trier c'est encore mieux : Eco-mobilier lance un programme de services gratuits pour favoriser le recyclage

Chaises cassées, matelas défraîchis... Les Français jettent des tonnes de mobilier usager chaque année mais pas toujours au bon endroit. Alors l’éco-organisme Éco-mobilier a décidé de devenir plus visible. Il a lancé  un programme de services destinés à accompagner les Français dans cinq départements test.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
"Maison du tri" est un programme de services aux particuliers pour les aider à bien ranger, trier et offrir une seconde vie à leurs meubles et objets de la maison. Photo d'illustration. (SOPHIE AUVIGNE / RADIOFRANCE)

À force d’être confinés, les Français se sont mis au grand ménage de printemps. C’est devenu l’activité du confinement, ranger les maisons. Mais pour se débarrasser des encombrants, il y a encore des ratés, comme en témoigne Stéphanie Vallée, maire de Saint-Paul, une petite commune située près de Tulle en Corrèze. "Dans nos communes, c’est un gros problème. On retrouve au bord des routes un ensemble de mobiliers cassés, de bois, de matériaux en tous genres et ça devient des immondices pas possibles", explique-t-elle. "C’est désolant, déplore l'élue. On met (pourtant) tout en œuvre pour collecter ces encombrants, on a tout un tas de dispositifs qui sont en place." 

Il y a dix ans, c’était pire. Un vieux meuble sur deux était enfoui, ni réutilisé, ni recyclé. Aujourd’hui, 900 000 tonnes de déchets mobiliers sont collectées, mais presque sous le manteau, explique Wolf Stolpner, à la tête de Grand Litier, une enseigne spécialisée qui reprend les vieux matelas au moment d’une livraison. "On nous pose des questions maintenant. On sent nos clients qui s’intéressent à l’environnement. Mais on préfère ne pas trop leur expliquer comment ça se passe parce quand on voit toutes ces literies dans ces bennes, partir sans aucune protection, sous la pluie, on n’a pas envie de leur présenter tout ça. Aujourd’hui, on se contente de leur rendre service et demain, avec l’organisation qui est mise en place, là on va commencer à avoir un vrai discours sur l’environnement." 

Doubler le nombre de points de collecte

Cette organisation qui est mise en place dans cinq départements tests, le Nord, la Meurthe-et-Moselle, la Charente-Maritime, la Gironde, et L’Ille-et-Vilaine, est à l’initiative d’Éco-mobilier, un éco-organisme à but non lucratif. L’objectif est d’aider les Français à savoir comment se débarrasser de leur mobilier, en le donnant ou en le déposant à des endroits où ils sera récupéré pour être recyclé. De 5 000 points de collecte, on doit passer à 10 000, les plus visibles possibles, en les situant par exemple sur les parkings de magasins comme Ikéa, But, Conforama ou autre Leroy Merlin, mais sous une bannière unique baptisée Maison du tri.

Là, on va expliquer au consommateur qu’il a déjà tout payé. "Quand il achète un meuble, un matelas ou un objet de la maison, il paye une éco-participation, donc il paye le recyclage. On va lui donner une visibilité de ce qu’il a payé, explique Dominique Mignon qui dirige Éco-mobilier. L’objectif avec Maison du tri, c’est de se rapprocher encore plus des gens, faire 100% de recyclage sur ces équipements de la maison et en finir finalement avec l’enfouissement de ces objets et avec le gaspillage de la matière de ces objets", ajoute-t-il.

La Maison du tri aide les Français à recycler leur ancien mobilier. Un reportage de Sophie Auvigne.
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.