Projet pétrolier de nouveaux forages en Gironde : "On n'a pas besoin de ce pétrole", affirme l'eurodéputée écologiste Marie Toussaint

Ce projet de huit nouveaux puits de pétrole à La Teste-de-Buche a été validé, en novembre 2023, par la commissaire-enquêtrice en charge de l'enquête publique à son sujet.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'eurodéputée écologiste Marie Toussaint à Paris, le 2 décembre 2023. (JULIEN DE ROSA / AFP)

"On n'a pas besoin de ce pétrole", a affirmé dimanche 11 février sur franceinfo l'eurodéputée écologiste Marie Toussaint, alors qu'une manifestation a réuni plusieurs centaines de personnes (3 000 selon les organisateurs, 1 200 selon la préfecture) dans le centre-ville de Bordeaux (Gironde) contre le projet de forage de nouveaux puits de pétrole sur le bassin d'Arcachon, à La Teste-de-Buch.

Marie Toussaint, présente à Bordeaux pour la manifestation, s'oppose au projet du groupe canadien Vermilion Energy de forer huit nouveaux puits de pétrole. Le groupe est titulaire jusqu'au 1er janvier 2035 d'une concession exploitée depuis les années 1960, à La Teste-de-Buch, à côté d'Arcachon. L'eurodéputée rappelle que ces nouveaux puits de pétrole sont situés "dans une forêt qui a brûlé il y a moins d'un an et demi, avec 14 000 hectares dévastés par les flammes". Selon l'élue, "les scientifiques, mais aussi l'Agence internationale de l'énergie" disent "qu'il ne faut plus ouvrir un seul puit de pétrole"

"Ne prenons pas ce risque, n'ouvrons pas ces nouveaux puits de pétrole, on n'a pas besoin de ce pétrole."

Marie Toussaint, eurodéputée écologiste

à franceinfo

Le 20 novembre dernier, la commissaire-enquêtrice en charge de l'enquête publique sur les projets de forages à La Teste-de-Buch a rendu un avis favorable au projet du groupe canadien déjà présent sur le site. Mais pour Marie Toussaint, "il faut changer la loi". Aujourd'hui, "la loi dit que quand on a exploré du pétrole, on doit pouvoir exploiter jusqu'en 2040", rappelle la députée européenne. "La loi a changé en 2017, elle doit encore évoluer."

Le préfet doit encore trancher sur le projet

La députée européenne souligne que la présidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, Cyrielle Chatelain, a "proposé" d'arrêter "d'ouvrir ces nouveaux puits de pétrole et de gaz". "Il faut aussi qu'on s'attaque au secteur de la finance, aux banques, aux assurances", estime-t-elle. La tête de liste écologiste aux élections européennes assure que c'est "le projet" porté par son parti "au niveau européen" : "On ne peut pas laisser les règles économiques, la loi de la rentabilité, prendre le pas sur la protection du vivant, tout simplement parce que demain, si le vivant n'existe plus, il n'y aura plus de rendement."

La préfecture de la Gironde doit à présent trancher avant l'été si oui ou non ce projet est autorisé. Marie Toussaint en appelle donc au préfet, Etienne Guyot, "à ne pas autoriser ces puits". "On doit ne pas ouvrir ces puits", car "l'urgence climatique est là, elle est sur nous, elle requiert que nous agissions". A cela s'ajoute également "la question de la biodiversité, de cette forêt qui a déjà brûlé et qui va être polluée par ces puits de pétrole". Selon elle, "c'est une question de bon sens, tout simplement."

"Le préfet doit absolument dire non au projet", martèle Marie Toussaint.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.