Plusieurs pays du Moyen-Orient touchés par des tempêtes de sable

Mardi, un épais nuage de poussière a recouvert la capitale saoudienne, Ryad, dont la tour emblématique Kingdom Centre est devenue invisible à plus de quelques centaines de mètres.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une tempête de sable à Bagdad, en Irak, le 1er mai 2022. (SABAH ARAR / AFP)

Des images impressionnantes. Des tempêtes de sable ont provoqué des hospitalisations, des fermetures d'école et des perturbations du trafic aérien dans plusieurs pays du Moyen-Orient, mi-mai.

Mardi, un épais nuage de poussière a recouvert la capitale saoudienne, Ryad, dont la tour emblématique Kingdom Centre est devenue invisible à plus de quelques centaines de mètres. Plus de 1 280 personnes ont été admises dans les services des urgences des hôpitaux et centres de santé à Ryad pour des difficultés respiratoires, selon la chaîne étatique Al-Ekhbariya. 

Le réchauffement climatique en cause

Des conditions similaires ont été observées dans d'autres pays du Golfe comme à Bahreïn, au Qatar et aux Emirats arabes unis. L'Irak a aussi connu huit tempêtes de sable depuis la mi-avril. La dernière en date a entrainé lundi l'hospitalisation de près de 4 000 personnes pour des troubles respiratoires, et la fermeture de l'aéroport à cause "d'une visibilité de 300 mètres", des écoles et des administrations publiques dans tout le pays.

En Iran, les administrations, les écoles et les universités étaient fermées mardi dans plusieurs provinces en raison de tempêtes de sable, selon les médias d'Etat. Au Koweït, le trafic aérien a été suspendu pendant une heure et demie lundi, et le trafic maritime dans les trois ports est resté suspendu mardi après-midi. Le ministère de l'Education a annoncé la réouverture des écoles mercredi.

Le phénomène n'est pas rare dans une région connue pour ses déserts, mais sa fréquence a augmenté ces derniers mois, alimenté par les sécheresses et les faibles précipitations liées au changement climatique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.