Tran To Nga porte le procès de "l'agent orange" de la guerre du Vietnam devant un tribunal français : "Elle est seule contre les industriels de l'agrochimie"

Le tribunal judiciaire d’Evry examine à partir de lundi la plainte cette Franco-Vietnamienne de 78 ans contre des multinationales agrochimiques pour avoir fourni "l'agent orange" à l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
De 1964 à 1973, pendant la guerre du Vietnam, l'armée américaine a déversé près de 80 millions de litres de défoliant sur les forêts du pays, dont "l’agent orange", un herbicide qui contient de la dioxine, hautement toxique. Photo d'archive. (BRIAN ALBRECHT / MAXPPP)

Un procès historique s'ouvre lundi 25 janvier devant le tribunal judiciaire d’Evry. Tran To Nga, une Franco-Vietnamienne de 78 ans, attaque 14 géants de l'industrie agrochimique, parmi lesquels Bayer-Monsanto, responsables de la production d’un puissant herbicide, "l’agent orange", qui a été rependu pendant dix ans par l’armée américaine sur le centre et le sud du Vietnam pendant la guerre. 

>> Ecocide : comment l'"agent orange" a donné naissance à un concept juridique qui fait débat depuis un demi-siècle

La vielle dame se déplace lentement. Mais derrière cette apparence fragile, cette grand-mère de bientôt 80 ans, qui vit en France depuis 1992, a montré toute sa vie qu’elle avait l'âme d’une d’une combattante. "Au Vietnam, on a un proverbe : 'Quand l'ennemi souille notre territoire, chacun, et même la femme devient combattant'. Dans ce sens, je suis toujours combattante", dit-elle. Pendant la guerre du Vietnam, Tran To Nga vit durant des années dans le maquis. Elle dit qu’elle couvre le conflit comme journaliste. Et elle devient dès 1966 l’une des nombreuses victimes présumées des épandages

"On transmet ce poison à nos enfants"

Pour détruire les ressources et les caches des combattants vietnamiens, les Américains répandent "l’agent orange". Cet herbicide continent de la dioxine à haute dose, un produit hautement toxique. Il pollue profondément 20% du centre et du sud du pays, d’après le collectif Vietnam dioxine. Il contamine aussi les organismes sur plusieurs générations. Tran To Nga a été touchée directement et indirectement en vivant dans des secteurs contaminés : "On transmet ce poison à nos enfants. Je suis la première génération à avoir des séquelles, mes filles elles aussi sont victimes, et maintenant mes petits-enfants ont aussi ces maladies. Rien que dans ma famille, trois générations ont déjà subi ça."

Le collectif Vietnam dioxine estime que plus trois millions de personnes ont été contaminés. Les soldats vétérans américains ont été indemnisés par leur gouvernement, mais les civils vietnamiens n’ont jamais reçu le statut de victime. Tran To Nga est la dernière clef pour tenter d’établir le préjudice. Elle a porté plainte en 2014. "C'est un symbole parce qu'elle est elle-même victime, elle est toute seule à porter plainte contre les industriels de l'agrochimie", souligne le coordinateur du collectif Vietnam dioxine, Kim Vo Dinh. 

"Les victimes vietnamiennes de l'agent orange n'ont aucune reconnaissance de la justice pour les dommages subis. Là, il y a une possibilité historique qu'une victime vietnamienne puisse obtenir une victoire contre les industriels."

Kim Vo Dinh, collectif Vietnam dioxine

à franceinfo

Tran To Nga a perdu sa première fille. La deuxième souffre d’une malformation. Et ses petits-enfants ont des problèmes respiratoires. Pendant des années au Vietnam les maladies liées aux épandages étaient cachées par les familles. C’est aussi l’enjeu de cette affaire, rendre visible cette part d’histoire en reconnaissant la nature et l’ampleur des dégâts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.