VIDEO. "Au minimum, mettez des gants" : on a essayé d'acheter du glyphosate et les conseils obligatoires étaient souvent... inexistants

Franceinfo s'est rendu dans plusieurs magasins de jardinage et de bricolage, en caméra cachée, afin de savoir si la réglementation en vigueur pour la vente aux particuliers d'herbicides à base de glyphosate était respectée.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Le 10 août, le géant américain de l'agrochimie Monsanto a été condamné par un tribunal californien à payer 289 millions de dollars, soit 253 millions d'euros, à un jardinier atteint d'un cancer incurable. Depuis, le débat a été relancé. En France, des élus d'Europe-Ecologie-Les Verts ont déposé, lundi 20 août, un recours judiciaire en référé pour faire interdire les herbicides au glyphosate de Monsanto. Ceux-ci sont déjà soumis à une réglementation stricte.

Pas de vente en libre-service

"Depuis le 1er janvier 2017, les produits phytopharmaceutiques issus de synthèse chimique, dont ceux à base de glyphosate, ne sont accessibles qu'en vente dite 'assistée' pour les jardiniers amateurs", explique à franceinfo le ministère de la Transition écologique et solidaire. Pour la vente aux particuliers donc, pas question de trouver le produit en libre-service : il doit être placé en magasin dans une armoire sous clé ou derrière un comptoir.

Le ministère ajoute : "Le vendeur doit avoir suivi une formation spécifique" et être "disponible pour fournir aux utilisateurs les informations appropriées concernant l'utilisation des produits phytopharmaceutiques, les risques pour la santé et l'environnement liés à une telle utilisation et les consignes de sécurité afin de gérer ces risques", précise l'article L254-7 du code rural et de la pêche maritime.

"Ça fait déjà un an qu'on a commencé à déstocker"

Dans les magasins, les règles sont-elles respectées ? Selon une enquête de l'association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV), plus de quatre enseignes sur dix ne respectaient pas la législation en juillet 2017. Un an plus tard, qu'en est-il ? Franceinfo a enquêté en caméra cachée.

Nous nous sommes rendus dans douze magasins de jardinage, de bricolage et grandes surfaces situés en région parisienne. Sept ne vendaient plus d'herbicides à base de glyphosate, et notamment de Roundup, le produit phare de Monsanto, longtemps plébiscité par les jardiniers. "Je n'ai que des produits d'origine végétale pas agressifs pour l'environnement", indique un vendeur dans un magasin de bricolage. "Ça fait déjà un an qu'on a commencé à déstocker", ajoute un autre dans une enseigne de jardinage.

On a arrêté d'en faire depuis deux ans et demi. C'est très chimique, très très agressif.

Un vendeuse dans une grande enseigne de bricolage

à franceinfo

"Il y en a qui ont fait des stocks"

"C'est interdit par la loi", expliquent plusieurs vendeurs de jardineries et de magasins de bricolage, alors que la vente aux particuliers de désherbants au glyphosate est en réalité encore autorisée jusqu'au 1er janvier 2019. Beaucoup d'enseignes semblent avoir anticipé la prochaine interdiction.

Dans les cinq autres magasins, nous avons trouvé des herbicides au glyphosate. Mais les rayonnages étaient parfois quasi vides. "Il ne me reste que deux bidons. Après, je n'en recommande plus", explique un vendeur d'une enseigne de jardinage bien connue. "Il y en a qui ont fait des stocks", confirme un autre chez un concurrent.

"On les exposait en bas, quand c'était les soldes"

Si les désherbants au glyphosate étaient tous rangés derrière des vitrines fermées à clé ou sur des étagères derrière un comptoir de vente, les conseils d'utilisation donnés par les commerçants ont souvent varié. "Il y a des précautions à prendre, explique spontanément un vendeur. Normalement, on met gants, masque, lunettes, combinaison et bottes. Au minimum, vous mettez des gants." Ne l'utilisez pas "quand il y a du vent, pour éviter que du produit revienne sur vous", ajoute un autre.

C'est comme les médicaments. Il n'y a pas de médicament qui ne soit pas potentiellement nocif. Quand vous achetez un médicament, vous regardez la liste des contre-indications ou des dangers potentiels, vous en avez 25 pages. C'est pareil.

Un vendeur en jardinerie

à franceinfo

Mais dans plusieurs magasins, aucune indication précise n'est donnée. "Il est écrit que c'est à utiliser avec précaution, mais il y a plus de conseils que ça ?", demande-t-on à une vendeuse. "Pas spécialement. Il faut éviter de le faire tomber, c'est ce qu'ils nous disent." "Et pour les clients ?"  "Non non, à un moment même on les exposait en bas, quand c'était les soldes." Une autre vendeuse indique seulement : "Il faut éviter qu'après il y ait des animaux qui viennent dessus, ou des enfants. Il faut faire attention, c'est dangereux."

"Les produits contenant du glyphosate sont dangereux"

Herbicide au glyphosate en main et prêts à passer en caisse, nous n'aurons pas plus de conseils. "Il y a une amélioration", constate Vincent Licheron, chargé de mission environnement à la CLCV. Interrogé par franceinfo, l'expert se félicite : "Les magasins prennent conscience de la dangerosité de ces produits et ont fait le nécessaire pour ne pas les vendre librement. Et parfois même anticiper l'interdiction à venir de leur vente."

Pour autant, le spécialiste estime que des progrès peuvent encore être faits, notamment dans l'information des utilisateurs de glyphosate. "Les produits contenant du glyphosate sont dangereux", insiste-t-il, soulignant : "Depuis 2015, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) a classé ces produits et le glyphosate plus particulièrement en cancérogènes probables."

   
    (FRANCEINFO)