Cet article date de plus d'un an.

Ce que l'on sait sur la mort d'une spéléologue en Isère

Une spéléologue est décédée lors d'une sortie aux Cuves de Sassenage, dans l'Isère. Une enquête a été ouverte par le parquet de Grenoble pour déterminer les circonstances de l'accident.

Article rédigé par franceinfo, Phéline Leloir-Duault
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Les cuves de Sassenage inondées en 2014. Image d'illustration. (CHRISTOPHE AGOSTINIS / MAXPPP)

Le corps sans vie d'une spéléologue a été découvert jeudi 5 mai dans la soirée, aux Cuves de Sassenage, une grotte du département de l'Isère. Elle encadrait une sortie scolaire dans cette grotte lorsque la rapide montée des eaux a surpris le groupe. Les cinq encadrants ont réussi à évacuer tous les élèves présents, mais une enseignante et deux guides spéléologues sont restés coincés. Cette guide a été emportée par le courant alors qu'elle venait de sauver une adolescente de la noyade. Les deux autres adultes bloqués dans la grotte ont ensuite été secourus lors de l'opération d'évacuation.

Le groupe a été surpris par la soudaine montée des eaux

Les élèves qui participaient à cette sortie sont scolarisés en cinquième au collège du Grésivaudan à Saint-Ismier. La visite était encadrée par trois enseignants et deux spéléologues professionnels et se déroulait sur le site des Cuves de Sassenage, une grotte proche de Grenoble. En fin de matinée, lors de sa remontée vers la surface, le groupe a été surpris par la montée des eaux subite et s'est retrouvé bloqué. Les collégiens étaient divisés en trois groupes : les deux premiers groupes ont pu sortir de la cavité dès les premiers signes de danger, mais l'eau est montée trop vite. Si tous les adolescents ont été évacués sains et saufs, une enseignante et les deux spéléologues se sont retrouvés coincés.

La guide a été emportée par les eaux après avoir sauvé une adolescente

A 19h30, dès qu’une fenêtre météo favorable s’est présentée, une opération d’évacuation a été lancée par les services de secours. Lors de leur progression dans la grotte, les secours ont découvert un corps, identifié comme l'une des deux guides spéléologues. D'après les premiers éléments de l'enquête, elle aurait sauvé l'adolescente in extremis de la noyade, avant d'être à son tour emportée par les eaux. D'après France Bleu Isère, son collègue l'a vue disparaître sous ses yeux, sans pouvoir intervenir : bloqué dans les cuves, il est resté en protection avec l'enseignante. Les deux rescapés se sont réfugiés dans une cavité souterraine, avant d'être ramenés à la surface par les secours.

Sur Twitter, le ministre de l'Education nationale a rendu hommage à cette "spéléologue chevronnée" et exprimé sa "solidarité profonde à sa famille"Une cellule psychologique a été mise en place au collège du Grésivaudan, à Saint-Ismier, vendredi 6 mai.

Elle était une spéléologue chevronnée

La guide décédée s'appelait Sabine Lorne. Elle avait 55 ans et était la mère de trois enfants. Originaire de Lans-en-Vercors, cette spéléologue expérimentée était connue dans le milieu et connaissait très bien le Vercors, d'après France Bleu Isère. Lors de cette visite, elle était la cheffe d'équipe du groupe de spéléologues qui accompagnaient la sortie scolaire. Tous les bénévoles de l'association Spéléo Secours 38 sont en état de choc, et ont été vus par un psychologue. Certains décrivent Sabine Lorne comme leur "maman de spéléo". D'après les informations de France Bleu Isère, elle se définissait comme une "montagnarde dans l'âme" qui "aime parcourir des espaces vierges en surface comme sous terre" et dont le "point fort" était sa "connaissance du Vercors sous toutes ses facettes". Faire partager sa passion était son "plus grand plaisir". Ce drame laissera sans aucun doute des traces au sein du Secours spéléo de l'Isère créé en 1970.

Le site des Cuves de Sassenage, dans l'Isère. (CAPTURE ECRAN GOOGLE MAPS)

Le parquet de Grenoble a ouvert une enquête sur les circonstances de l'accident. L'intervention a mobilisé le Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieux périlleux (Grimp), les pompiers et le secours spéléo de l'Isère, la CRS Alpes, le Samu, le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) ainsi que le groupement de gendarmerie de l'Isère. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.