Montagne : une association dénonce le "surtourisme" dans le massif des Vosges

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, la fréquentation monte en flèche dans les Vosges. L'association Alsace Nature demande aux autorités de réguler la circulation des véhicules dans les cols. 

Article rédigé par
France Bleu Alsace - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Paysage en haut du sommet du Hohneck dans le massif des Vosges. (NATHALIE BROUTIN / FRANCE-BLEU SUD LORRAINE)

"Le massif des Vosges n'est pas un parc d'attraction", martèlent vendredi 2 septembre, sur France Bleu Alsace, les responsables de l'association Alsace Nature. Dans un appel à la concertation lancé au préfet du Haut-Rhin et aux élus de collectivités locales, ils alertent sur le danger du "surtourisme" et souhaitent limiter la fréquentation de certains secteurs pour préserver les espèces protégées qui y vivent et ce lieu qu'ils estiment fragile.

Alsace Nature estime qu'il faut notamment stopper des projets comme ceux de la tyrolienne entre le Gaschney et le Braunkopf ou de la via ferrata du Tanet.

L'association souhaite également réguler l'accès aux véhicules dans les cols. "Pourquoi ne pas limiter l'accès, comme cela se fait en Forêt Noire ?", se demande ainsi le président d'Alsace Nature, Maurice Wintz. 

Il y a les motards qui font trop de bruit, il y a des 38 tonnes qui n'ont rien à faire ici et les voitures sont très nombreuses le week-end. Il faut réfléchir à davantage de régulation.

Maurice Wintz

France Bleu Alsace

Alsace Nature demande des entrevues avec les pouvoirs publics pour réfléchir à des solutions plus douces de déplacement dans le massif.

Mardi dernier, l'association SOS Massif des Vosges a, de son côté, lancé une pétition contre la pratique du VTT sur des sentiers pédestres, mettant en avant les risques pour la sécurité des randonneurs, mais aussi sur la dégradation des sols et de la nature.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.