Les quotas de pêche au thon rouge repartent à la hausse

Menacé par la surpêche des années 1990 et 2000, cette espèce voit sa situation s'améliorer. A tel point qu'une légère hausse des quotas a été décidée en Méditerranée et pour les deux prochaines années.

Sur un étalage de Thionville (Moselle), en janvier 2008.
Sur un étalage de Thionville (Moselle), en janvier 2008. (MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

ENVIRONNEMENT – Les pays pêcheurs de thon rouge vont pouvoir augmenter le volume de leurs prises en 2013. Réunis à Agadir (Maroc), ils ont décidé lundi 19 novembre de légèrement relever les quotas en Méditerranée pour 2013 et 2014. Ces derniers sont désormais portés à 13 500 tonnes, contre 12 900 tonnes actuellement. En 2008, ils étaient encore de 28 500 tonnes.

L'association de sauvegarde de l'environnement WWF s'est dite "satisfaite" de cette décision prise par les membres de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta), qui réunit 47 pays et l'Union européenne. "Nous avons eu un premier signe positif pour le thon rouge, et il était très important aujourd'hui de respecter les recommandations des scientifiques et de continuer les efforts de gestion de cette pêche", a commenté la responsable de WWF. Il a indiqué qu'"une nouvelle évaluation du stock aura lieu en 2014". Le thon rouge est une espèce menacée par la surpêche des années 1990 et 2000.