Cet article date de plus de sept ans.

La piste d’un phénomène El Niño à la fin de l’année se réchauffe

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a prévenu jeudi que l’hypothèse de sécheresses et d’inondations se renforce pour les trois derniers mois de 2014. La probabilité d’un phénomène El Niño atteint 75 à 80%. Son intensité serait toutefois modérée. Le dernier épisode marquant d’El Niño date de 2009-2010.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La sécheresse, l'un des effets d'El Nino, ici en Thaïlande © Maxppp)

Le phénomène El Niño pourrait faire so retour d'ici la fin de l'année 2014. lL’alerte a été lancé jeudi par l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Cette agence de l’ONU relève que la probabilité se renforce pour la fin de l’année. Elle atteint 75 à 80% pour la période octobre-décembre. A titre de comparaison, elle se situe à 60% de juin à août.

El Niño se manifeste par une hausse des températures de l’océan Pacifique et des perturbations météo majeures, tous les deux à sept ans. Effectivement, les températures, selon l’OMM, ont récemment augmenté dans le Pacifique tropical, pour atteindre "des niveaux correspondant à une anomalie de faible intensité ". Le pic du réchauffement est attendu "au quatrième trimestre 2014, avant une dissipation dans les premiers mois de 2015 ". 

Le phénomène ne prend pas systématiquement des allures d’épouvante. Pour le moment, l’OMM s’attend à une intensité plutôt "modérée", l’échelon entre "faible" et "forte".

Une intensité modérée

Cet épisode climatique récurrent provoque des effets très négatifs sur la production mondiale de céréales, notamment. D’où l’intérêt que lui portent les organisations nationales et internationales liées à la météo, l’agriculture et l’environnement. En mai dernier, la revue Nature Communications a publié une cartographie des effets El Niño sur la production mondiale de céréales. Selon cette étude menée par un chercheur japonais, les conséquences améliorent la production mondiale de soja, mais les effets sont plutôt négatifs pour le maïs, le riz et le blé.

Récemment, l’Agence nationale des catastrophes naturelles d’Indonésie a dit elle se méfier des immenses feux de forêt que pourrait provoquer une sécheresse due à El Niño.

Le dernier épisode marquant d’El Niño date de 2009-2010. Il avait provoqué une forte sécheresse au Brésil. La version précédente de 1997 avait entraîné de gigantesques feux de forêts en Indonésie et de fortes pluies en Californie. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.