Grand Paris : "Le Premier ministre fait un retour en arrière en validant l’urbanisation du triangle de Gonesse"

Jean Castex a entériné vendredi la réalisation de la gare de la ligne 17 du métro du Grand Paris sur les terres agricoles du Triangle de Gonesse, ce que conteste le Collectif pour le Triangle de Gonesse.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Bernard Loup, president du Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPTG) devant le tribunal judiciaire de Pontoise. Photo d'illustration. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

"Aujourd’hui, le Premier ministre fait un retour en arrière en validant l’urbanisation du triangle de Gonesse", regrette vendredi 7 mai sur franceinfo Bernard Loup, président du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CGTG), qui milite pour la protection de l’environnement. Jean Castex a entériné vendredi midi le projet controversé de gare sur le Triangle de Gonesse dans le Val-d’Oise. La ligne 17 du métro du Grand Paris sera construite sur ces terres agricoles. C'est une déception pour les militants écologistes qui avaient obtenu l’annulation du projet de mégacomplexe commercial "Europacity".

franceinfo : Vous ne vouliez pas de cette gare au milieu des champs, quel est l’enjeu pour vous ?

Bernard Loup : L'enjeu, c'est l'avenir de la loi climat. L’abandon d’Europacity a été une bonne décision et qui a montré une certaine orientation écologique de la part du gouvernement. Aujourd'hui, le Premier ministre fait un retour en arrière en validant l'urbanisation du triangle de Gonesse. Rien ne justifie de maintenir cette gare.

Cela veut dire que le gouvernement reste à mi-chemin en termes d'environnement ?

Il revient même sur la rive de départ. Il reste toujours dans ce schéma vieux de 40 ans, avec cette volonté des élus d'urbaniser à tout prix alors qu’aujourd'hui la situation a changé. Tout le débat qui avait été suscité par le projet Europacity a montré que le triangle de Gonesse, au niveau de la politique d'aménagement, était destiné à répondre à l'autonomie alimentaire de l'Ile-de-France.

Il y a désormais le projet Carma [qui vise à réexploiter des terres agricoles du Triangle de Gonesse]. Le gouvernement avait l'occasion de donner le cap en préservant cet espace agricole, en laissant la possibilité au projet Carma de démarrer tout de suite. Des porteurs de projet sont prêts à s'installer, à développer l’agriculture bio dans un département qui se place à la dernière place en France au niveau de l'agriculture biologique. C’était l’occasion de rattraper ce retard et de donner un signal positif mais le gouvernement vient de donner le signal contraire, deux jours après le vote de la loi climat.

Vous dîtes que "rien ne justifie" ce projet de gare dans le triangle de Gonesse mais il y a peut-être un enjeu de désenclavement. Cela va être utile pour de nombreux habitants d’avoir une ligne de métro ? 

Absolument pas. Le territoire n'est pas enclavé. Certains le répètent en boucle et parviennent à le faire croire. Ceux qui connaissent vraiment le Val-d'Oise savent que le secteur du Triangle de Gonesse est mieux desservi en transports en commun que la préfecture du Val-d'Oise qui est Cergy-Pontoise. Ça ne dessert aucune zone d’habitats, ça ne dessert que des zones d'activités. Or, les habitants ont besoin pour leurs déplacements, des dessertes de zones d'habitat et des zones d'emplois. C'est tout le contraire de la ligne 17 qui favorise l'étalement urbain. C'est contraire à toutes les bonnes politiques d'aménagement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.