Environnement : la consigne pour moins polluer

Emmanuel Macron a fixé l'objectif de 100% du plastique recyclé d'ici 2022. De plus en plus de consommateurs évitent déjà d'utiliser des emballages jetables. Illustration à Toulouse (Haute-Garonne).

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Cinq restaurants de Toulouse (Haute-Garonne) proposent des plats en verre fabriqués en France moyennant cinq euros de consigne remboursables si le plat vide est rapporté. "C'est une bonne idée si on peut réduire les déchets", affirme une cliente. Un ouvrier du BTP préfère quant à lui l'emballage jetable avant de repartir sur son chantier. "Pour certains, le chemin est un peu long, mais il y a eu un bon accueil dès le départ avec la moitié des clients qui prennent des consignes en trois jours", confie Amélie Ariaux, restauratrice.

Même prix que les plats en plastique

Le restaurant n'a pas à laver les boîtes en verre. C'est l'entreprise En boîte le plat qui gère toute la logistique. Pour chaque boîte utilisée, elle demande 30 à 50 centimes d'euros aux restaurateurs, le même prix que sa version plastique qui finit à la poubelle. Les boîtes sont livrées à vélo et renouvelées tous les jours. Pour devenir rentable, leur démarche devra convaincre quatre fois plus de restaurants d'ici quelques mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Pour remplacer le plastique, il y a aussi le verre. À Toulouse (Haute-Garonne), des restaurants de vente à emporter en ont marre des boîtes en plastique. C\'est le retour de la consigne, et les clients semblent prêts.
Pour remplacer le plastique, il y a aussi le verre. À Toulouse (Haute-Garonne), des restaurants de vente à emporter en ont marre des boîtes en plastique. C'est le retour de la consigne, et les clients semblent prêts. (FRANCE 2)