Déchets nucléaires à Bure : "On fait miroiter la promesse d'un développement économique pour la Meuse"

Charlotte Mijeon, porte-parole de l'association Sortir du nucléaire, a souhaité, lundi sur franceinfo, que le projet de création d'un site d'enfouissement des déchets nucléaires en 2021 à Bure (Meuse), soit abandonné comme ce fut le cas pour Notre-Dame-des-Landes.

Des opposants au projet d\'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), le 22 juillet 2001.
Des opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), le 22 juillet 2001. (MARTIN BUREAU / AFP)

"De même que l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes était censé apporter un développement économique pour la région, on fait miroiter la promesse d'un développement économique pour la Meuse avec" la création d'un site d'enfouissement des déchets nucléaires en 2021 à Bure (Meuse), accuse, lundi 29 janvier sur franceinfo, Charlotte Mijeon. La porte-parole de l'association Sortir du nucléaire souhaite que la visite du secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique, Sébastien Lecornu, lundi matin sur le site du projet Cigéo, soit l'occasion d'un recul du gouvernement sur ce projet.

Rencontre avec les opposants

Pour Charlotte Mijeon, l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été perçu comme "une très bonne nouvelle". Pour la porte-parole de Sortir du nucléaire, "cela veut dire qu'un gouvernement peut enfin entendre raison. Nous espérons qu'il en sera de même pour Bure".

Selon Charlotte Mijeon, les effets positifs sur l'économie du site de Bure seront très faibles : "On a bien vu des salles de fêtes flambant neuves ou des lampadaires rutilants qui poussaient. Mais, à côté de ça, c'est une région qui perd des emplois, qui perd des habitants." Pour la porte-parole, "la seule perspective d'emplois locaux proposés avec Cigéo, c'est une formation pour devenir vigile pour des installations nucléaires".