Bure : dans les souterrains qui devront accueillir les déchets radioactifs

Le site de Bure (Meuse) a été choisi il y a 20 ans pour implanter un laboratoire souterrain afin d'enfouir les déchets nucléaires les plus radioactifs du parc français.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

85 000 m3 de déchets nucléaires attendent d'être enfouis à Bure (Meuse). L'agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs y mène ses expérimentations au cœur d'une couche d'argile. Des dizaines d'alvéoles sont testées avant d'accueillir dans le futur les déchets nucléaires. "La radioactivité est déjà dans un bloc de verre qui se trouve dans une enveloppe en inox. Pour le stockage, on va le remettre dans une autre enveloppe métallique qui est glissée dans ces tubes métalliques. En fait, c'est un peu le jeu des poupées russes", explique Mathieu Saint-Louis, porte-parole de Cigéo.

Un projet contesté

Le coût de ce projet d'envergure nationale est estimé à 25 milliards d'euros. Il est essentiel pour la filière nucléaire mais contesté dès que l'on remonte en surface. Au-dessus du site d'enfouissement, sur le territoire de Bure, le bois Lejuc s'est peu à peu transformé en ZAD. La lutte contre les déchets nucléaires va devoir prendre de nouvelles formes. Pas sûr que le village et ses 80 habitants retrouvent rapidement la sérénité.

Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher).
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher). (ALAIN JOCARD / AFP)