"Si vous mettez la clim', il faut fermer la porte" de votre magasin : à Paris, place aux premières verbalisations

Fin juillet, la mairie de Paris a pris un arrêté interdisant aux magasins de garder leur porte ouverte lorsque la clim est en marche. Ce vendredi 12 août, la police municipale effectue les premiers contrôles.

Article rédigé par
Camille Laurent, édité par Valentin Moylen - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La rue Daguerre (14e arrondissement) dans laquelle des contrôles ont été effectués dans les boutiques de la rue par la police municipale de Paris, le 12 août 2022. (CAMILLE LAURENT / RADIO FRANCE)

La porte d'une boutique de vêtements dans le 14e arrondissement de Paris est grande ouverte, de l’air frais en sort. Pourtant, depuis le 25 juillet, les commerçants doivent impérativement fermer leurs portes lorsque la climatisation est en marche. L'arrêté pris par la mairie de la capitale prévoit une contravention de 150 euros. Une "mesure de lutte contre le gaspillage de l'énergie", selon la décision administrative.

"Je ne suis pas hors la loi"

La ville de Paris a commencé à infliger des amendes aux commerces ne respectant pas la nouvelle obligation. Direction la rue Daguerre (14e arrondissement), une rue piétonne et commerçante baignée de soleil. Une patrouille de la police municipale observe les devantures. La plupart des magasins ont porte close. Sauf une boutique de vêtements. "Si vous mettez la clim', il faut fermer la porte", avertit un agent.

Dans ce commerce d'habillement, la climatisation était en marche. "Nous sommes rentrés, la commerçante est partie éteindre la climatisation et les portes sont ouvertes, il y a donc un petit problème", glisse le policier municipal. La commerçante aménage son propre système. Elle assure ouvrir la porte et ne pas mettre le système de climatisation, et "dès qu'il y une cliente", fermer la porte et mettre en marche la climatisation. "Ce que je fais, c'est bien", essaye-t-elle de se rassurer devant les agents municipaux. Pas de chance pour Aline, la gérante va être verbalisée : 150 euros d'amende. Les policiers font face à l'incompréhension de la commerçante. "Est-ce que l'on m'a laissé le temps ? En 48 heures, on me tombe dessus. Non. Je ne suis pas hors la loi, je suis là, j'aime mon quartier, j'aime mes clientes, je respecte tout à fait tous les problèmes de climatologie, je les comprends, je n'ai jamais dit que j'étais contre le décret, je dis juste que je l'adapte, je ne trouve pas ça juste", se justifie Aline.

Une boutique de la rue Daguerre dans le 14e arrondissement de Paris, avertissant ses clients des nouvelles mesures, le 12 août 2022. (CAMILLE LAURENT / RADIO FRANCE)

"Chacun doit porter ses responsabilités"

 Côté clients, la plupart valident la mesure. Nathalie qui fait les boutiques avec son amie Danielle comprend tout à fait. "C'est normal cette verbalisation", réagit-elle. Elle va même plus loin et fait le parallèle entre la climatisation et les terrasses des cafés chauffées, pour lesquelles il est désormais interdit de mettre le chauffage depuis le 1er avril dernier. "Il faut savoir ce que l'on veut à un moment donné", avance-t-elle. "Chacun doit porter ses responsabilités", poursuit Nathalie. Depuis le début des contrôles, il y a deux jours, cinq magasins ont été verbalisés dans le 14e arrondissement de Paris. 

"On nous demande de faire des économies d'énergie et à côté de ça, les portes sont grandes ouvertes. C'est complètement illogique".

Nathalie, cliente d'un magasin du 14e arrondissement

franceinfo

"Les parisiens comme les élus sont scandalisés par ces pratiques qui sont complètement irresponsables", souligne Dan Lert, adjoint à la maire de Paris en charge de la transition écologique. Il est venu assister aux contrôles du jour. Selon lui, la mesure est "plébiscitée et attendue partout, dans les arrondissements, dans les quartiers très commerçant" de la capitale. "Chacun comprend que laisser la porte ouverte avec la climatisation allumée, ce qu'on ne fait pas chez soi, les commerçants ne doivent pas le faire". Pour l'élu, "ces pratiques doivent cesser" et il se réjouit que la plupart des magasins jouent le jeu. Sur une quarantaine de contrôles dans le 14e arrondissement, cinq boutiques ont été verbalisées en deux jours.

Ailleurs en France, Bourg-en-Bresse avait pris un arrêté du même type, le 15 juillet. Lyon et Besançon avaient fait de même quelques jours plus tard. Le 24 juillet, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher avait annoncé son intention de généraliser à tout le territoire cette obligation pour les magasins climatisés de fermer leurs portes, mais les décrets n'ont pas encore été publiés.

A Paris, premières amendes pour les commerces climatisés gardant porte ouverte - Reportage de Camille Laurent
écouter

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.