Réchauffement climatique : le président brésilien Lula annonce que la COP30 aura lieu en Amazonie

"J'ai déjà participé à la COP en France, en Egypte, et tout le monde parlait sans arrêt d'Amazonie. Alors je me suis dit: pourquoi ne pas faire la conférence ici, pour que tout le monde connaisse l'Amazonie ?", a justifié Lula.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
La ville de Belem, sur les bords du fleuve Amazone, accueillera la COP30 en 2025. (GUY BOUCHET / PHOTONONSTOP / AFP)

Un sommet pour le climat en pleine forêt amazonienne. Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a annoncé vendredi 26 mai que l'ONU avait choisi la ville de Belem, en Amazonie, pour accueillir la conférence sur le climat COP30, en 2025. "Ce sera un honneur pour le Brésil de recevoir des représentants du monde entier dans notre Amazonie", a écrit Lula sur les réseaux sociaux.

>> Climat : fait-il chaud ou froid pour la saison ? Comparez la météo du jour à l'historique des températures des dernières décennies

"J'ai déjà participé à la COP en France, en Egypte, et tout le monde parlait sans arrêt d'Amazonie. Alors je me suis dit: pourquoi ne pas faire la conférence ici, pour que tout le monde connaisse l'Amazonie ?", a-t-il ajouté, dans une vidéo publiée avec le message. Capitale de l'Etat du Para (nord), Belem est une ville d'environ 1,5 million d'habitants située près de l'embouchure de l'Amazone.

Une manière de tourner la page Bolsonaro

Aux côtés de Lula sur la vidéo, le ministre des Affaires étrangères du Brésil, Mauro Vieira, a précisé que le choix de l'ONU datait du 18 mai. Le pays qui abrite plus de 60% de la forêt amazonienne était censé accueillir la COP en 2019, mais les autorités brésiliennes avaient renoncé à l'organiser après l'élection du président d'extrême droite Jair Bolsonaro (2019-2022), un climato-sceptique notoire.

Le président de gauche, qui a débuté en janvier son troisième mandat à la tête du Brésil, a promis de faire de la préservation de l'environnement une priorité et de mettre fin à la déforestation illégale en Amazonie d'ici 2030. La forêt tropicale est un puits de carbone important – elle absorbe une partie des gaz à effet de serre générés par notre consommation de charbon, de pétrole et de gaz – mais fragile.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.