Ralentisseurs jugés non-conformes : Elisabeth Borne, Christophe Béchu et Clément Beaune visés par une plainte

La Première ministre, le ministre de la Transition écologique et le ministre délégué aux Transports font l'objet d'une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La première ministre Elisabeth Borne sur le perron de l'Elysée, le 26 septembre. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

L'association "Pour Une Mobilité Sereine et Durable" annonce avoir porté plainte contre la Première ministre, Elisabeth Borne, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, et Clément Beaune, ministre délégué aux Transports, a appris franceinfo ce mardi 27 septembre, confirmant une information de RTL.

>> Le plus gros dos d'âne de France se trouve dans l'Oise

Cette association a porté plainte jeudi 22 septembre auprès de la Cour de justice de la République pour mise en danger de la vie d'autrui. Elle dénonce l'inaction de l'État contre l'installation de 450 000 ralentisseurs de tous types. Des ralentisseurs qui génèrent de la pollution, selon l'association : +27% d'émission de CO2 et +25% d'émission de polluants par voiture à chaque passage sur un ralentisseur.

En plus de cette plainte au pénal, l'association "Pour Une Mobilité Sereine et Durable" dit avoir également saisi le Conseil d'État et avoir déposé un recours devant le tribunal administratif. L'association veut que l'État soit condamné pour son inaction sur la lutte contre la pollution et la réglementation. Car d'après l'association, près de la totalité des 450 000 ralentisseurs sont non conformes.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.