"Marseille suffoque" : en voulant interdire certains bateaux de croisière de faire escale lors des pics de pollution, la mairie fait des vagues

Le maire de la ville veut empêcher les navires les plus émetteurs de CO2 de faire escale dans le port lors des alertes à la pollution de l'air. Il a lancé une pétition pour pousser l'État à légiférer.

Article rédigé par
Mathilde Ansquer, édité par Valentine Joubin - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des bateaux de croisière mouillants dans le port de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 23 mars 2021. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Pendant les pics de pollution, la préfecture des Bouches-du-Rhône interdit aux voitures les plus polluantes de circuler en centre ville. Faire de même pour les bateaux serait une question de justice sociale, selon le maire de Marseille Benoît Payan : "Au moment où on demande aux Marseillaise et aux Marseillais de faire des efforts, de changer de voiture, de ne plus polluer, ils vont continuer de voir des bateaux de croisière qui polluent impunément. Mais qu'est-ce qui est juste dans ça ?" Un argumentaire que l'élu a développé dans une vidéo publiée lundi 25 juillet sur Twitter et titrée "Marseille suffoque".

L'élu n'a pas pas le pouvoir d'imposer sa proposition : il a donc décidé d'interpeller l'Etat - propriétaire du port de Marseille - via une pétition en ligne : "C'est aussi pour demander à l'Etat de prendre ses responsabilités que je veux engager avec moi les dizaines de milliers de Marseillaises et de Marseillais qui signent cette pétition pour que les choses changent."

Les professionnels défendent leur "décarbonation"

Alain Mistre, président de l'Union maritime de Marseille-Fos, se dit étonné par la démarche du maire. Il estime que les professionnels du secteur ont fait des efforts pour lutter contre la pollution : "Tous les acteurs du transport maritime sont engagés de longue date dans la décarbonation et dans la réduction de la pollution de l'activité, notamment en Méditerranée." Interdire aux navires les plus polluants de jeter l'ancre à Marseille pendant les pics de pollution lui semble irréaliste : "L'activité maritime est régie par l'Organisation maritime internationale", défend-il.

"Si chaque État fait quelque chose, chacun fait ce qu'il veut, et on n'arrive pas à faire de transport maritime."

Alain Mistre, président de l'Union maritime de Marseille-Fos

à franceinfo

Le collectif Stop croisières voudrait pourtant aller encore plus loin. Postés sur des canoës, ses militants ont temporairement empêché deux bateaux de croisière d'accoster à Marseille le mois dernier. Rémi est l'un d'eux : "On demande plus parce que là, effectivement, on se focalise sur d'une part la pollution de l'air qui est effectivement un des sujets liés aux navires de croisière mais il y en a beaucoup, beaucoup d'autres."

"Nous, on est face à une industrie qu'on considère comme superflue, poursuit le militant, et avec des retombées économiques assez maigres au regard des impacts. Et on considère que c'est en permanence, en fait, qu'il y a un problème avec ces bateaux, pas seulement lors des pics de pollution." Le collectif souhaiterait donc une interdiction totale des bateaux de croisières à Marseille.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pollution de l'air

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.