La pollution de l'air tue encore 1 200 enfants et adolescents par an en Europe, selon un rapport

"Malgré des progrès au cours des années passées, le niveau de plusieurs des principaux polluants de l'air persiste à rester au-dessus des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé", affirme l'Agence européenne de l'environnement
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une vague de pollution aux particules fines, le 14 février 2023 à Paris. (JOAO LUIZ BULCAO / HANS LUCAS / AFP)

La pollution de l'air provoque encore chaque année en Europe le décès prématuré d'au moins 1 200 enfants et adolescents, selon un rapport de l'Agence européenne de l'environnement (AEE) publié lundi 24 avril. Comme pour les adultes, elle constitue le principal risque environnemental pour la santé des mineurs et ampute leur espérance de vie, selon cette étude portant sur une trentaine de pays du continent, dont les 27 Etats membres de l'UE.

"Malgré des progrès au cours des années passées, le niveau de plusieurs des principaux polluants de l'air persiste à rester au-dessus des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, notamment dans le centre et l'est de l'Europe, ainsi qu'en Italie", souligne l'entité, qui dépende de l'Union européenne.

Quasi toute la population urbaine exposée à un air non conforme

Même si la part des enfants et adolescents touchés par la pollution de l'air est "relativement faible" par rapport à l'ensemble de la population, ce bilan "représente une perte d'avenir potentiel ainsi qu'un fardeau significatif de maladies chroniques tant dans l'enfance que plus tard dans la vie", souligne l'AEE. L'agence recommande de se focaliser sur la qualité de l'air aux abords des écoles et des crèches, ainsi que des installations sportives et des transports en commun.

Après la naissance, la pollution ambiante augmente le risque de plusieurs problèmes de santé, dont l'asthme (9% des enfants et adolescents en Europe en sont atteints) ou l'insuffisance et les infections respiratoires, souligne également l'agence. Ces effets sont aggravés par plusieurs facteurs. Les enfants sont ainsi physiquement plus actifs que les adultes, tandis que leur petite taille les rapproche de la pollution, des gaz d'échappement des voitures notamment. Tous âges confondus, 97% de la population urbaine ont été exposés en 2021 à un air non conforme aux recommandations de l'OMS.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.