COP28 : 46 millions de professionnels de santé à travers le monde signent une lettre pour demander l'abandon des combustibles fossiles

La pollution de l'air est responsable de 7 millions de décès prématurés par an dans le monde, rappellent les signataires.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les gaz d'échappement d'un poids-lourd. (BSIP / UNIVERSAL IMAGES GROUP EDITORIAL)

Plus de 46,3 millions de professionnels de santé signent ce mercredi une lettre, adressée au président de la COP28, Sultan Ahmed Al-Jaber, pour lui demander de veiller à ce que les négociations aboutissent à une "accélération de la suppression" des combustibles fossile, "décisive pour la santé de tous". La conférence des Nations Unies pour le climat se tient du 30 novembre au 12 décembre prochains aux Émirats arabes unis et pour la première fois une journée entière sera consacrée à la santé.

>> "Quand un bus démarre devant vous, c’est comme si vous avaliez du poison" : en Inde, New Delhi est frappé par un épisode de forte pollution

"En finir avec notre dangereuse dépendance aux combustibles fossiles améliorera la santé des générations futures et sauvera des vies", peut-on lire dans ce courrier, notamment signé par l’Association médicale mondiale, la Fédération mondiale des associations de santé publique et le Conseil international des infirmières.

Ils citent les conséquences déjà visibles de la pollution sur la santé : stress thermique, malnutrition, anxiété, ou encore maladies respiratoires dues à la pollution de l’air. La pollution de l'air est responsable de 7 millions de décès prématurés par an dans le monde, rappelle la lettre, reprenant un chiffre de l'Organisation mondiale de la santé. "Une suppression entière et rapide des énergies fossiles est la meilleure façon de fournir une eau, un air et un environnement propres, indispensables pour une bonne santé", insistent les auteurs, tout en demandant une transition "juste et équitable" vers d'autres sources d'énergies.

Les professionnels de santé signataires appellent à "investir rapidement dans les technologies d'énergies propres". Ils exigent aussi l'exclusion des représentants de l'industrie des énergies fossiles des négociations climatiques. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.