Les feux de forêt extrêmes ont doublé depuis vingt ans dans le monde en raison du réchauffement climatique

Selon une étude publiée lundi dans le journal "Nature Ecology & Evolution", leur fréquence a été multipliée par 2,2 entre 2003 et 2023.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des colonnes de fumée s'échappent de la zone forestière de Fort McMurray, en Alberta, au Canada, le 13 mai 2024. (ALBERTA WILDFIRE / AFP)

Le nombre et l'intensité des feux de forêt extrêmes, les plus destructeurs et les plus polluants, ont plus que doublé dans le monde depuis vingt ans, et ce en raison du réchauffement climatique dû à l'activité humaine, selon une nouvelle étude publiée lundi 24 juin dans le journal Nature Ecology & Evolution. A l'aide de données obtenues à partir de satellites, les chercheurs ont étudié près de 3 000 incendies de forêt ayant une énorme "puissance radiative" – la quantité d'énergie émise par rayonnement – entre 2003 et 2023 et ont constaté que leur fréquence avait été multipliée par 2,2 au cours de cette période.

Ce sont les forêts tempérées de conifères, notamment dans l'ouest des Etats-Unis, et les forêts boréales, qui couvrent l'Alaska, le nord du Canada et de la Russie, qui sont les plus touchées, avec une fréquence de tels incendies multipliée respectivement par 11 et 7. En ne considérant que les 20 incendies les plus violents de chaque année, leur puissance radiative cumulée a également plus que doublé, à un rythme qui "semble s'accélérer". 

"Ce taux d'augmentation m'a alarmé"

"Je m'attendais à une hausse, mais ce taux d'augmentation m'a alarmé", a déclaré l'auteur principal de ces travaux, Calum Cunningham, de l'université australienne de Tasmanie. "Les effets du changement climatique n'appartiennent plus au futur et nous voyons aujourd'hui les signes d'une atmosphère qui s'assèche et se réchauffe", a-t-il déclaré à l'AFP, plaidant pour une meilleure gestion préventive des forêts.

Ces incendies extrêmes sont alimentés par une sécheresse de plus en plus marquée, conséquence du réchauffement climatique. Au cours de sa croissance, le couvert forestier absorbe le CO2, mais celui-ci retourne en masse dans l'atmosphère lorsque la végétation brûle, aggravant le réchauffement de la planète causé par les émission de gaz à effet de serre.


Depuis le XIXe siècle, la température moyenne de la Terre s'est réchauffée de 1,1°C. Les scientifiques ont établi avec certitude que cette hausse est due aux activités humaines, consommatrices d'énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz). Ce réchauffement, inédit par sa rapidité, menace l'avenir de nos sociétés et la biodiversité. Mais des solutions – énergies renouvelables, sobriété, diminution de la consommation de viande – existent. Découvrez nos réponses à vos questions sur la crise climatique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.