Italie : plus de 36 000 personnes déplacées à cause des inondations qui ont fait 14 morts en Emilie-Romagne

Les autorités régionales ont prolongé jusqu'à dimanche l'alerte rouge météo et ont ordonné l'évacuation immédiate de hameaux particulièrement exposés aux intempéries.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des sinistrés des intempéries sont accueillis dans un gymnase, à Ravenne, en Emile-Romagne, en Italie, le 20 mai 2023. (ANDREAS SOLARO / AFP)

Des rivières en crues, des habitations englouties, des hameaux coupés du monde et un lourd bilan humain établoi à 14 morts. Plus de 36 000 personnes ont été déplacées à la suite des inondations qui dévastent le nord-est de l'Italie, a annoncé, samedi 20 mai, la région d'Emilie-Romagne. 

Les averses ne connaissant pas de répit, les autorités régionales ont prolongé jusqu'à dimanche l'alerte rouge météo. Les autorités de Ravenne ont ordonné samedi l'évacuation immédiate de hameaux particulièrement exposés. Les inondations ont déjà provoqué plus de 300 glissements de terrain et endommagé ou coupé plus de 500 routes dans la région. 

Le maire de Bologne, Matteo Lepore, a déclaré qu'il faudrait "des mois, et dans certains endroits peut-être des années" pour réparer les routes et les infrastructures.

Giorgia Meloni se rend sur place dimanche

La Première ministre italienne, Giorgia Meloni, a annoncé samedi qu'elle quitterait prématurément le sommet du G7 à Hiroshima, au Japon, pour rentrer en Italie et faire face à la crise. "Franchement, je ne peux pas rester aussi loin de l'Italie dans un moment aussi compliqué", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse. Elle a par ailleurs remercié les 5 000 personnes (membres des équipes de secours et bénévoles) qui aident les sinistrés affectés par les inondations.

Samedi, un hélicoptère participant aux tentatives pour rétablir l'électricité s'est écrasé près de Lugo, faisant un blessé parmi les quatre personnes à bord, ont fait savoir les pompiers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.