Cet article date de plus d'un an.

Climat : les raisons de la "canicule" d'automne qui s'abat sur la France

Publié Mis à jour
Climat : les raisons de la "canicule" d'automne qui s'abat sur la France -
Climat : les raisons de la "canicule" d'automne qui s'abat sur la France Climat : les raisons de la "canicule" d'automne qui s'abat sur la France - (France 2)
Article rédigé par France 2 - C.Sinz, A.Jolly, J.Lonchampt, I.Delion, C.Vignal, F.Guinle, R.Laurentin
France Télévisions
France 2

L'automne se fait attendre en France, jeudi 27 octobre. Comment expliquer la durée de ce phénomène météo, et quand allons-nous retrouver des températures de saison ? Eléments de réponse.

À Ajaccio (Corse-du-Sud), la Toussaint ressemble à l'été. Les vacanciers profitent de la plage, et d'une eau à 21 °C. Selon les spécialistes, le mois d'octobre 2022 est le plus chaud jamais observé. La vague de chaleur tardive surprend par sa durée. "Ça fait plus de dix jours qu'on a des anomalies de températures, de l'ordre de 5 °C par rapport aux normales de saison", observe Françoise Vimeux, climatologue et directrice de recherche à l'Institut de recherche pour le développement. 

Des épisodes de chaleur de plus en plus fréquents

Jusqu'à la fin de la semaine, une dépression bloquée sur l'Atlantique fait remonter l'air chaud du Sahara. La douceur devrait ainsi persister. "On sait que les prévisions jusqu'à peu près le 20 novembre nous indiquent des températures plutôt au-dessus des normales", rapporte Christine Berne, climatologue chez Météo France.

Il va falloir s'y habituer. Avec le changement climatique, les vagues de chaleur seront plus nombreuses à l'avenir, et plus intenses. "Les canicules ou les vagues de chaleur vont avoir tendance à se déporter à la fois vers le printemps et l'automne. Et on est amenés, dans les années à venir, à vivre ce type d'épisodes de façon beaucoup plus régulière", explique Pierre Huat, prévisionniste chez Weather Solutions.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.